Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA HAUTE SAÔNE ET SES BEAUX VILLAGES

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

17 Novembre 2015, 11:30am

Publié par Patrick Mathie

La Maison des Moines, située au numéro 4 de la Rue du Château.

La Maison des Moines, située au numéro 4 de la Rue du Château.

La fondation d'un Chapitre de Chanoines

C'est Gauthier de Ray, gardien du comté de Bourgogne qui, en 1341, fonda un Chapitre de 8 chanoines rattaché à la collégiale de Ray. Le Chapitre, indépendant de l'Archevêque et du clergé du diocèse, avait été fondé pour vénérer la relique de la vraie croix rapportée en 1205 de la 4ème croisade par Othon de Ray, Duc d'Athènes. Les chanoines était entretenus par les propres deniers de Gauthier de Ray ainsi que par les dons, legs ou offrandes des paroissiens dans la perspective de sauver leur âme. La paroisse existait depuis le 9ème siècle. Il est probable que la religion fut pratiquée dans une simple grange.

Les chanoines vivaient dans la maison sise, de nos jours au n°4 de la rue du Château.

Blason des Sires de Ray.Tombeau de Gauthier de Ray (? - Bèze 21 septembre 1313), seigneur de Bétoncour, surchantre de l'église d'Athènes et évêque de Négrepont, mort le 21 septembre 1313, inhumé en l’abbaye Saint-Pierre de Bèze,
Blason des Sires de Ray.Tombeau de Gauthier de Ray (? - Bèze 21 septembre 1313), seigneur de Bétoncour, surchantre de l'église d'Athènes et évêque de Négrepont, mort le 21 septembre 1313, inhumé en l’abbaye Saint-Pierre de Bèze,

Blason des Sires de Ray.Tombeau de Gauthier de Ray (? - Bèze 21 septembre 1313), seigneur de Bétoncour, surchantre de l'église d'Athènes et évêque de Négrepont, mort le 21 septembre 1313, inhumé en l’abbaye Saint-Pierre de Bèze,

Colette et Jean FOUIN, les actuels propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure en pleine restauration.

Colette MUGNIER, épouse FOUIN et Jean FOUIN , les sympathiques propriétaires de la Maison des Moines.
Colette MUGNIER, épouse FOUIN et Jean FOUIN , les sympathiques propriétaires de la Maison des Moines.

Colette MUGNIER, épouse FOUIN et Jean FOUIN , les sympathiques propriétaires de la Maison des Moines.

La Maison des Moines inscrite au patrimoine des Monuments historiques depuis 2013:

"Cet édifice se compose d'un corps de logis traversé d'une allée charretière et réuni, par un bûcher, à une vaste grange. Le corps de logis parait dater du 15ème ou du 16ème siècle et aurait été agrandi au 17ème siècle. Des vestiges d'aménagement des 18ème et 19ème siècles, menuiseries et cheminées principalement, sont conservés, de même que la cheminée de cuisine en pierre d'origine ainsi que la charpente à chevrons-portant-fermes. La grange conserve, dans son ensemble, son organisation traditionnelle".

Protection: Le corps de logis en totalité (cad. B 264) : inscription par arrêté du 17 juillet 2013

recensement immeubles MH

PA70000110

© Monuments historiques

La maison était propriété de Louis et Jeanne MUGNIER ( erreur d'orthographe sur la plaque) ; Colette y a vécu jusqu'à son mariage en 1975.
La maison était propriété de Louis et Jeanne MUGNIER ( erreur d'orthographe sur la plaque) ; Colette y a vécu jusqu'à son mariage en 1975.
La maison était propriété de Louis et Jeanne MUGNIER ( erreur d'orthographe sur la plaque) ; Colette y a vécu jusqu'à son mariage en 1975.

La maison était propriété de Louis et Jeanne MUGNIER ( erreur d'orthographe sur la plaque) ; Colette y a vécu jusqu'à son mariage en 1975.

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

De 1434 à 1568 les sires de Ray, les chanoines et les habitants vivent une période de prospérité.

Jean IV de Ray en 1436 a "vendu" leur affranchissement à ses sujets car il considère que " par le moyen de ladite franchise et liberté, ladite ville se pourra peuplée de gens notables, marchands et autres. Vehu ( que) mesmement ( de la même manière) que en notredite ville y a foires et marchés, par le moyen desquelz, moyennant ladite franchise, lesdits habitants se pourront enrichir et qu'il est moult expédient ( très à propos, nécessaire)à la chose publique et au seigneur qui en a le gouvernement, d'avoir des sujets riches" !!

Voilà donc un sire plein d'à propos, en avance sur son temps et dont le profil ne correspond pas à l'image classique du seigneur qui oppresse les serfs déjà dans la misère!

EN 1514, Claude de Ray comprend l'intérêt économique qu'il peut tirer de cette châtellenie sur la Saône, aux confins du comté, du duché et de la Champagne. Il obtient l'établissement de deux foires, arguant que " le dit lieu de Ray soit scitué et assis en bonne et fertile marche de pays et ou plusieurs marchans des pays voisins se accoustumeroict de venir haute fréquence et y apporter de leurs denrées et marchandises, et illec ( en ce lieu) leurs oient ( prêtent attention-pour acheter) du bestail de notre conté de Bourguoigne et autres denrées".
Ces foires sont sans doute un succès puisqu'en 1554, Ray bénéficie de quatre, voire cinq foires annuelles.

Les ressources de Ray et de ses environs sont constituées non seulement par l'élevage , mais par les pêcheries car la Saône médiévale est riche en poissons tels que lamproies, anguilles, saumons et parfois même esturgeons.

La chance de Ray est d'être situé sur le fleuve, près d'une zone de contact mais à l'écart des axes de passage naturels. Le bourg est enclavé, mais également protégé par le fleuve et la forêt. Or, à la fin du Moyen Âge, l'abondance vient par le fleuve et la misère par la route. Les marchands, pour chercher un peu de sécurité, n'hésitent donc pas à se retirer jusqu'à cette "île de Ray".

D'après Marylise BARBIER et Hervé MOUILLEBOUCHE " La justice de Ray sur Saône à la fin du Moyen Âge." Editions BREPOLS.

Foires, travaux des champs, élevage et pêche au Moyen Âge.Foires, travaux des champs, élevage et pêche au Moyen Âge.
Foires, travaux des champs, élevage et pêche au Moyen Âge.
Foires, travaux des champs, élevage et pêche au Moyen Âge.Foires, travaux des champs, élevage et pêche au Moyen Âge.

Foires, travaux des champs, élevage et pêche au Moyen Âge.

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

La maison de Moines, qui est ,semble-t-il, la plus ancienne maison de Ray se situe dans ce que l'on appelle "le village" par opposition au bourg castral autour duquel se pressaient les maisons qui bénéficiaient en premier de la protection du château. Toutes les maisons du bourg ont été détruites lors de la guerre de 10 ans (1634-644).

La Maison des Moines et l'évocation du Bourg castral.
La Maison des Moines et l'évocation du Bourg castral.

La Maison des Moines et l'évocation du Bourg castral.

Le porche central conduit à une cour intérieure et aux bâtiments de ferme qui ont été construits à la révolution française en 1793. Au rez de chaussée on trouve les communs et à l'étage les pièces réservées à l'origine aux chanoines. La charpente du grenier est remarquable.

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

L'Escalier construit lors de l'extension du XVIème siècle permet d'accéder à l'étage des chanoines de manière indépendante. Auparavant on accédait à l'étage par un escalier en bois depuis la cuisine.

La terrasse couverte est très appréciée par les propriétaires les matins d'été au soleil levant!

L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.
L'escalier et la terrasse couverte.

L'escalier et la terrasse couverte.

Depuis la cour la maison laisse voir sa façade Est.

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

La façade nord et ...l'ancienne glacière !

Un monticule à l'arrière de la cour révèle l'ancienne glacière. Lors de travaux, Jean a cassé une conduite en terre cuite qui menait de la glacière au réservoir d'eau dans la cave.

Seuls les gens relativement aisés pouvaient faire construire une glacière enterrée. En hiver on récoltait la glace des étangs que l'on plaçait dans un trou maçonné recouvert d'un toit en pierre et de terre. Cela permettait de garder au frais les aliments, gibiers ou pièce de viande. Une évacuation de l'eau de fonte par un conduit souterrain était raccordée à la citerne de la maison. Cette invention d'origine italienne a été importée en France par le roi Henri III vers 1575.

La canalisation est faite d'éléments de poterie en terre cuite tournés à la main qui s'imbriquaient les uns dans les autres et qui scellés entre eux constituaient une canalisation. On remarque encore les empreintes de tournage.
La canalisation est faite d'éléments de poterie en terre cuite tournés à la main qui s'imbriquaient les uns dans les autres et qui scellés entre eux constituaient une canalisation. On remarque encore les empreintes de tournage.
La canalisation est faite d'éléments de poterie en terre cuite tournés à la main qui s'imbriquaient les uns dans les autres et qui scellés entre eux constituaient une canalisation. On remarque encore les empreintes de tournage.
La canalisation est faite d'éléments de poterie en terre cuite tournés à la main qui s'imbriquaient les uns dans les autres et qui scellés entre eux constituaient une canalisation. On remarque encore les empreintes de tournage.
La canalisation est faite d'éléments de poterie en terre cuite tournés à la main qui s'imbriquaient les uns dans les autres et qui scellés entre eux constituaient une canalisation. On remarque encore les empreintes de tournage.

La canalisation est faite d'éléments de poterie en terre cuite tournés à la main qui s'imbriquaient les uns dans les autres et qui scellés entre eux constituaient une canalisation. On remarque encore les empreintes de tournage.

Le grenier et la cave.

La charpente est remarquable. Elle utilise la technique de la coque de bateau renversé. Le chêne est multicentenaire.

La cave voûté est accessible par un escalier extérieur en pierre. Les murs de soutènement sont larges de 2,50 m. La température y est constante entre 11 et 14 degrés.

La technique de construction permet de dégager un important volume libre sans avoir recours à des piliers
La technique de construction permet de dégager un important volume libre sans avoir recours à des piliers
La technique de construction permet de dégager un important volume libre sans avoir recours à des piliers
La technique de construction permet de dégager un important volume libre sans avoir recours à des piliers

La technique de construction permet de dégager un important volume libre sans avoir recours à des piliers

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

Les archives du Chapitre.

Bon nombres d'archives ont disparu au cours des siècles. Des paroissiens avisés ont quand même pu en sauver quelques unes. Des érudits locaux les ont transcrites. En voici quelques échantillons qui couvrent plusieurs siècles: Il s'agit de lettres manuscrites sur papier ou parchemin...

1. Une aultre par laquelle Gautier de Ray promet de payer au Chapitre a l'acquict de messire Pierre de Membrey chanoine de Besançon et doyen de Ray la somme de six vingt libvres estevenans pour semblable somme qu'il debvoit aud. messire Pierre et en rémunération d'une messe basse chacun lundy chacun jour des adventz et un chacun jour de caresme. En datte du 9 febvrier 1345 non signée seulement d'un seau pendant cothée Dominum

9. Une aultre en papier par laquelle Vuillemin Cuchet fonde en lad. esglise a chacun lundy après les 4 temps ung anniversaire et un aultre le lundy d'après la sainte Luce à la façon accoustumée Pourquoy il donne et fait cession premièrement de 10 frans à luy dehus par Vuillemin Moris délivrés réellement au Chapitre et de plus donne et lègue un sien prel assis en la prairie de Ray contenant environ 2 faulx lieud. ou prel cloisey Jean Richard d'une part et le prel Jean de Fontenne d'aultre en datte du 21 mars 1506 receue et signée O. Cothotte cothée nostrum

38. Une aultre par laquelle messire Claude François de Ray chevalier fondé en lad. esglise qu'a chacun jour de saint Luc se diront trois grandes messes en la chapelle ou est inhumé fut de bonne mémoire messire Cleriadus de Ray son honoré Seigneur et père et selon mesme qu'iceluy l'avoit ordonné avant son décès scavoir la 1ere de Nomine Jesu, la 2eme de Nostre Dame et la tierce de Requiem avec les suffrages et exaudi et les vigilles la veille dud. jour au coeur de lad. esglise Pourquoy il aura voulu estre payé et donné aud. chapitre pour une fois la somme de soixante et dix frans qui sont assignés par led. messire Claude François de Ray sur le fourg bannal dud. lieu avec ordonnance qu'il fait aux admodiateurs ou recepveurs d'iceluy payer par chacun an et aud. jour de feste Sainct Luc aud. chapitre la somme de cinq francs Lad. lettre en datte du 4 septembre 1611 receue et signée F. Lambert cothée Gratia

45. Pour le four de Ferrières Une sentence en papier contre François Mitenne condamné à payer 1 quarte 1/2 de seigle et aux despans, rendue aud. bailliage par led. 1er lieutenant Jean de Santans le 28 novembre 1688 Signé de Jobelot. Cotté Quonium infirmus sum

Sincères remerciements à Colette et Jean. Félicitations pour le travail de restauration déjà entrepris et bon courage pour celui qui est à venir! Quand on est passionné rien n'est impossible!

Photos in situ : Patrick Mathie

RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge
RAY SUR SAONE.4- La Maison des Moines, témoin du Moyen Âge

Commenter cet article