Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA HAUTE SAÔNE ET SES BEAUX VILLAGES

RAY SUR SAÔNE. 7- Othon de la Roche, seigneur de Ray,Duc d'Athènes et le Saint Suaire.

26 Janvier 2016, 07:50am

Publié par Patrick Mathie

Représentation d'Othon de la RocheReprésentation d'Othon de la Roche

Représentation d'Othon de la Roche

La relation entre le château de Ray et le célèbre Saint Suaire de Turin qui transita par Besançon peut laisser plus d'un lecteur sceptique et pourtant elle existe. Le célèbre historien André Castelot affirmait que " Le suaire du Christ a été dérobé par Othon de la Roche, seigneur de Ray. Il reparaît en 1206 au comté de Bourgogne, offert à l'Archevêque de Besançon. La relique reste dans la cathédrale de Besançon jusqu'en 1349. Elle disparaît pour ressurgir en 1357 à Lirey, près de Troyes."

( Citation reprise par Jacques ATTALIN dans Chevauchées des Sires de Ray).

 

L'authenticité du Saint Suaire fait l'objet de polémiques entre historiens et scientifiques ...

 

1 Le Saint Suaire "de Besançon". 2 Le Saint suaire de Besançon, imagerie d'Epinal. 3 Le Saint Suaire de Turin.
1 Le Saint Suaire "de Besançon". 2 Le Saint suaire de Besançon, imagerie d'Epinal. 3 Le Saint Suaire de Turin.
1 Le Saint Suaire "de Besançon". 2 Le Saint suaire de Besançon, imagerie d'Epinal. 3 Le Saint Suaire de Turin.

1 Le Saint Suaire "de Besançon". 2 Le Saint suaire de Besançon, imagerie d'Epinal. 3 Le Saint Suaire de Turin.

Le coffret du Saint Suaire à Ray

On peut voir au château de Ray,un petit coffre en bois de 46 x 27 x 32 cm qui aurait contenu le linceul du Christ. Il est actuellement expertisé.
En plus du Saint Suaire existe un reliquaire contenant un morceau de la vraie croix provenant du palais des Blachernes à Constantinople. Sur le pied du reliquaire ont lit une inscription en latin disant:

" Morceau de la vraie croix r apporté par Othon de la Roche baron de Ray, Athènes et Thèbes, Prince d'Orient pour être conservé au château à pertpétuité pour le salut de ses descendants, de l'incarnation du Christ, un siècle et douze".

Le reliquaire, conservé dans l'Eglise Saint Pancrace de Ray, semble dater de 1800 si l'on s'en réfère à l'inscription au verso:

" Propriété de la noble Dame Gabrielle, Marie, Elisabeth de Lorie, comtesse de Marmier";

Le coffre du Saint Suaire au château de Ray sur Saône.
Le coffre du Saint Suaire au château de Ray sur Saône.
Le coffre du Saint Suaire au château de Ray sur Saône.

Le coffre du Saint Suaire au château de Ray sur Saône.

Le Saint Suaire à Besançon.

"Le suaire a été conservé à la cathédrale Saint-Étienne jusqu’en 1669, puis à la cathédrale Saint-Jean-l’Évangéliste à partir de cette date et jusqu’à sa destruction supposée, à Paris, en 1794, alors qu’il avait été envoyé à la Convention nationale. Hormis le lieu de sa conservation et de ses ostensions, il n’y a pas eu de changement notable dans la dévotion à ce suaire, à la suite de son transfert de l’une à l’autre des cathédrales".
Bien que, à travers les ostensions particulières, la dévotion au saint Suaire ait eu lieu tout au long de l’année, c’est plus spécialement lors des ostensions publiques, à Pâques et à l’Ascension, que la foule des pèlerins se pressait à Besançon.
Notons également que malgré la disparition du suaire à la Révolution, on continua à rechercher le précieux linge jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle. De plus, on conserve encore, dans les archives du diocèse, des lettres de demandes pour toucher le coffret qui avait contenu le suaire, dans l’espoir d’obtenir des guérisons."

source: http://sanctuaires.coldev.org/ BULLY Aurelia. 2015

Sceaux et Monnaies des Chapitres de Saint Etienne et de Saint Jean. Besançon.

Sceaux et Monnaies des Chapitres de Saint Etienne et de Saint Jean. Besançon.

A u premier plan à droite l'Hôtel de Montmarin. Au second plan à gauche la Cathédrale Saint Jean. A l'arrière plan, en haut la cathédrale Saint Etienne. Gravure de 1610

A u premier plan à droite l'Hôtel de Montmarin. Au second plan à gauche la Cathédrale Saint Jean. A l'arrière plan, en haut la cathédrale Saint Etienne. Gravure de 1610

La Cathédrale Saint Etienne de Besançon

De 1668 à 1675, la cathédrale Saint-Étienne va être abandonnée, puis détruite afin de permettre la construction de la citadelle de Besançon.

Une église connue sous le nom d'église paroissiale Saint-André ainsi que d'autres maisons adjacentes furent démolies à partir de 1668, mais le chapitre de Saint-Étienne devait quant à lui ne pas être menacé.

Le 10 mars 1669 l'église est pourtant fermée, et au cours de cette année le mobilier ainsi que plusieurs parties de l'édifice sont amenés dans d'autres bâtiments de la ville et notamment la cathédrale Saint-Jean.

Dès 1674, l'église est utilisée pour le stockage de tonneaux à vin et de munitions, et aurait été accidentellement incendiée entre le 15 et le 22 mars 1674.

Par la suite, Vauban édifia une chapelle Saint-Étienne pour que la garnison puisse assister à l’office du dimanche. Sa forme était assez simple et comportait peu d’ornements, si ce n’est quelques colonnes doriques.

Citadelle de Besançon " Front Saint Etienne". Début de la construction en 1668 par les espagnols puis par Vauban sur ordre de LouisXIV après le Traité de Nimègue en 1678. Au premier plan la cathédrale Saint Jean avec son clocher d'origine.

Citadelle de Besançon " Front Saint Etienne". Début de la construction en 1668 par les espagnols puis par Vauban sur ordre de LouisXIV après le Traité de Nimègue en 1678. Au premier plan la cathédrale Saint Jean avec son clocher d'origine.

Foulques de Neuilly prêchant la quatrième croisade. Le Pape Innocent III 1198-1216. Source:https://croisades.espaceweb.usherbrooke.caFoulques de Neuilly prêchant la quatrième croisade. Le Pape Innocent III 1198-1216. Source:https://croisades.espaceweb.usherbrooke.ca

Foulques de Neuilly prêchant la quatrième croisade. Le Pape Innocent III 1198-1216. Source:https://croisades.espaceweb.usherbrooke.ca

Othon de Ray à la Quatrième Croisade.

" En 1199 les chevaliers de Bourgogne prennent la croix des croisés à Citeaux. L'année suivante est consacrée à la préparation du voyage outre mer qui va devenir la quatrième croisade des historiens. Il faut deux ans pour organiser l'ost (Le terme ost ou host désignait l'armée en campagne à l'époque féodale et le service militaire que lesvassaux devaient à leur suzerain au Moyen Âge) de Bourgogne commandé par Eudes et Guillaume de Champlitte, secondés par Richard et Eudes de Dampierre sur Salon. Othon de la Roche, déjà veuf d'Isabelle laisse ses  terres à la garde de son frère Thibaut.

En février 1201 Villehardouin parvient à Venise pour négocier la traversée maritime en Terre Sainte; Un contrat de transport est signé avec le Doge de Venise pour 85 000 marcs d'argent.

De retour en Champagne il rend compte de sa mission.

En 1202 le signal du départ est donné, entre Champagne et Bourgogne 30 000 chevaliers sont volontaires.

Après la prise de Jadres ( Zadar) en Dalmatie, les croisés arrivent en vue de Constantinople le 23 juin 1203. La ville tombera le 12 avril 1204.Vingt mille grecs seront massacrés.

Othon de la Roche fit preuve " d'un tel courage et d'une telle valeur au cours des combats, que sa renommée s'enfla et suscita l'estime et l'admiration de ses camarades croisés. Ceux ci ne firent aucune réticence pour lui accorder la plus belle des reliques, le Saint Suaire du Christ qu'il offrit ensuite à la cathédrale de Besançon" (selon Robert de Clary).

NDLR:Paradoxalement la quatrième croisade  (1202-1204) aura été une croisade de chrétiens contre chrétiens puisque les Vénitiens détournèrent les croisés vers des villes qui leur faisaient de la concurrence telles Zadar et Constantinople...au lieu de se consacrer à la reconquête des lieux saints!

Les croisés fondent l'Empire Latin d'Orient et placent Baudoin 1er à  leur tête. Celui ci distribue des terres et des fiefs. Tous oeuvrent à soumettre ces contrées à leur autorité. 

Othon de la Roche reçoit en fiefs Athènes et Thèbes et devient Duc d'Athènes.

En 1208, ayant appris que le Pape Innocent III allait demander la restitution du Saint Suaire, Othon de la Roche le fait parvenir dans son château familial de la Roche sur l'Ognon. Le coffre qui aurait contenu la relique pliée en 96 épaisseurs est, lui, visible au Château de Ray sur Saône...

 

Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.
Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.
Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.
Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.

Itinéraire de la 4ème croisade . Les vénitiens détournent la Croisade vers Constantinople.Siège et Prise de Constantinople. Croisé en prière.

Othon de Ray, Duc d'Athènes.

" Agé de plus de 60 ans, après avoir vécu environ 20 ans en Roumélie ( empire romain d'Orient) , Othon de la Roche revient en comté de Bourgogne vers 1224. Sa seconde femme Elisabeth de Chappes, originaire de Champagne l'accompagne. Il laisse ses biens de Grèce à son fils Guy Ier.
On se doute de l'émotion provoquée par le retour à Ray de cet opulent seigneur exotique escorté d'une nombreuse suite de chevaliers vêtus de soieries et chaussés d'éperon d'or, tous servis par des esclaves noirs de Nubie!
Après avoir "rénové" le château il se retirera dans une abbaye cistercienne, ( ndlr :celle de Bellevaux - Cirey les Bellevaux ) où il serait décédé en 1234 et sa seconde femme en 1236."
d'après Jacques ATTALIN.
Athènes .Tour Franque (1872) dont la construction est attribuée à Othon de la Roche, édifiée sur l'Acropole et abattue en 1879.1859
Athènes .Tour Franque (1872) dont la construction est attribuée à Othon de la Roche, édifiée sur l'Acropole et abattue en 1879.1859
Athènes .Tour Franque (1872) dont la construction est attribuée à Othon de la Roche, édifiée sur l'Acropole et abattue en 1879.1859

Athènes .Tour Franque (1872) dont la construction est attribuée à Othon de la Roche, édifiée sur l'Acropole et abattue en 1879.1859

Armoiries d'Othon de la Roche Duc d'Athènes .Mémorial Othon de la Roche érigé entre les 2 tours médiévales de Château de Ray sur Saône.D
Armoiries d'Othon de la Roche Duc d'Athènes .Mémorial Othon de la Roche érigé entre les 2 tours médiévales de Château de Ray sur Saône.D

Armoiries d'Othon de la Roche Duc d'Athènes .Mémorial Othon de la Roche érigé entre les 2 tours médiévales de Château de Ray sur Saône.D

Voir les commentaires

RAY SUR SAÔNE. 6- LE CHÂTEAU MEDIEVAL

20 Janvier 2016, 11:03am

Publié par Patrick Mathie

La tour dite "d'Amour" du château de Ray. Cliché P.MATHIE
La tour dite "d'Amour" du château de Ray. Cliché P.MATHIE
Les informations de cette rubrique proviennent principalement de trois sources:
  1. Historique du Château de Ray, par le Comte de Salverte 1936.
  2. Chevauchées des Sires de Ray, par Jacques Attalin..Amicale de Lavoncourt. 2010.
  3. La justice de Ray sur Saône à la fin du Moyen Âge, par Marylise Barbier et Hervé Mouillebouche. Brepols Publishers 2011.

​1 Un château dont l'apogée séculière se situe vers 1400.

"Au début du XI ème siècle, il n’y a pas de château à Ray.
C’est un Eudes de Ray qui, en 1172 , rédige son testament en faveur de l’abbaye cistercienne de La Charité et lui donne les moulins situés « sous le château de Ray » . Toujours en 1172 Etienne II de Bourgogne comte d’Auxonne achète au chapitre de Chalon le château de Ray ( castrum quod dicitur Rayz) pour une obole d’or par an , avec promesse de ne pas le revendre.
On ne sait qui a pu faire édifier le château avant 1172, et comment cette seigneurie s’est retrouvée dans le patrimoine des chanoines de Châlon.
Comme on l’a vu plus haut c’est Etienne II de Bourgogne qui « installe » Othon de la Roche . Ce dernier se pare immédiatement du titre de « dominus de Ray », notamment dans une donation non datée à l’abbaye de Theuley.
Jean II de Ray devient l’homme de confiance des Valois. Philippe le Hardi devenu duc de Bourgogne en 1364 et comte de Bourgogne en 1382, le nomme gardient de la Comté de 1368 à 1391. La famille de Ray atteint son apogée et peut imposer sa puissance aux plus grands barons du pays...
1-Blason des sires de Ray. 2-Poterne du château (cliché Tripadvisor)
1-Blason des sires de Ray. 2-Poterne du château (cliché Tripadvisor)

1-Blason des sires de Ray. 2-Poterne du château (cliché Tripadvisor)

...le château est constitué de plusieurs logis en U bâtis au XVIIIème siècle dans l’angle sud et d’une vaste enceinte. Le logis est flanqué au nord est par une tour dite « tour neuve » depuis sa reconstruction au XVI° siècle, et au sud ouest par une tour dite « tour d’Amour » qui pourrait être un vestige du château médiéval. …
De l’enceinte, il subsiste d’importantes dénivellations au sud, une porte avec traces de herse au sud-ouest et une tour au nord de cette porte. Il reste donc très peu de vestiges médiévaux, mais la disposition générale du site suggère l’existence d’une vaste enceinte, susceptible d’avoir accueilli tout un village (le Bourg). Or, d’après le terrier de 1462, le bourg de Ray n’occupe plus la cour du château, mais il s’étend immédiatement au sud de l’enceinte ( Ray, la Ville). " MB/HM
1- Plan du Château médiéval par Marylise Barbier Roussel ( Haute Saône Salsa n°64) 2- Panneau explicatif enceinte du château. 3- Plan du château actuel et des parties médiévales. Poterne vue de l'intérieur de la cour du château ( cliché P.Mathie)
1- Plan du Château médiéval par Marylise Barbier Roussel ( Haute Saône Salsa n°64) 2- Panneau explicatif enceinte du château. 3- Plan du château actuel et des parties médiévales. Poterne vue de l'intérieur de la cour du château ( cliché P.Mathie)
1- Plan du Château médiéval par Marylise Barbier Roussel ( Haute Saône Salsa n°64) 2- Panneau explicatif enceinte du château. 3- Plan du château actuel et des parties médiévales. Poterne vue de l'intérieur de la cour du château ( cliché P.Mathie)
1- Plan du Château médiéval par Marylise Barbier Roussel ( Haute Saône Salsa n°64) 2- Panneau explicatif enceinte du château. 3- Plan du château actuel et des parties médiévales. Poterne vue de l'intérieur de la cour du château ( cliché P.Mathie)

1- Plan du Château médiéval par Marylise Barbier Roussel ( Haute Saône Salsa n°64) 2- Panneau explicatif enceinte du château. 3- Plan du château actuel et des parties médiévales. Poterne vue de l'intérieur de la cour du château ( cliché P.Mathie)

2 Le château pendant la guerre de 30 ans

"L’ancien château féodal qui avait été restauré par le duc d’Athènes subit de nombreux assauts durant tout le Moyen Âge. Il cmprenait alors 14 tours ( 8, selon Jacques Attalin) et formait une enceinte d’environ 5 hectares .
Au centre, face à la Saône, s’élevait un donjon imposant ; il était construit sur un puits d’une grande profondeur ( 50m), qui garantissait l’approvisionnement d’eau en cas de siège à la population venue s’abriter sous ses murs.
Il résista tour à tour aux Anglais, aux grandes compagnies, aux armées de Louis XI roi de France, aux armées luthériennes ; enfin il dut se rendre aux français, ou plutôt aux mercenaires suédois commandés par le Duc Bernard de Saxe Weimar en juin 1637. Le bilan de la bataille fut de 800 tués, 1500 prisonniers,16 étendards, deux mille chevaux et une quantité d’approvisionnement. La forteresse de Ray, jusque là inviolée, dut ouvrir ses portes au vainqueur."

Comte de Salverte

Cette guerre, qui dura en fait 10 ans en Franche Comté de 1635 à 1644, fut terrible pour les populations de la Comté en raison des exactions des suédois, des français et de la famine.

Voici ce qu’en dit Girardot de Nozeroy dans son ” Histoire de Dix ans de la Franche Comté de Bourgogne:

Les livres sacrez racontent avec larmes les tristes afflictions du peuple Juif : Joseph narre la famine qui fut à Jérusalem durant son siège où les meres mangerent leurs propres enfans : le siege de Paris soub Henri IV a quelque chose d’approchant, mais (sans rien encherir) la famine de nostre Bourgougne en cette année 1638 a passé par dessus tout cela incomparablement.

La postérité ne le croira pas, les riches qui possedoient force chevances et avoient eu au commencement des espargnes, estoient espuisez, les pauvres paysans estoient retirez dans les villes sans labeur ny employ, le bled (blé) rare partout se vendoit à prix desmesuré : on vivoit des herbes des jardins et de celles des champs : les charognes des bestes mortes estoient recherchées aux voiries, mais cette table ne demeura pas long temps mise : on tenoit les portes des villes fermées pour ne se veoir accablez du nombre des gens affamez qui s’y venoient rendre, et hors des portes les chemins demie lieüe loing estoient pavez de gens haves et deffaictz, la plus part estenduz de foiblesse et se mourant : dans les villes les chiens et les chats estoient morceaux délicats, puis les rats estans en regne furent de requise, j’ay veu moy-mesme des gens bien couverts relever par les rües des rats morts jettez par les fenestres des maisons et les cacher pour les manger.

En fin on vint à la chair humaine, premièrement dans l’armée où les soldats estans occis servoient de pasture aux autres qui couppoient les parties plus charnues des corps morts pour bouillir ou rostir, et hors du camp faisoient picorée de chair humaine pour manger : on descouvrit dans les villages des meurtres d’enfans faicts par leurs meres pour se garder de mourir et des freres par leurs freres, et la face des villes estoit partout la face de la mort “.

source:http://www.bresse-revermont.fr/

1-Tableau:Episode de la guerre de trente ans ( Sotheby's.London). 2- Duc Bernard de Saxe Weimar.
1-Tableau:Episode de la guerre de trente ans ( Sotheby's.London). 2- Duc Bernard de Saxe Weimar.

1-Tableau:Episode de la guerre de trente ans ( Sotheby's.London). 2- Duc Bernard de Saxe Weimar.

Le cardinal de Richelieu présente le peintre Nicolas Poussin au Roi LouisXIII et à la reine.

Le cardinal de Richelieu présente le peintre Nicolas Poussin au Roi LouisXIII et à la reine.

Misères de la guerre.Pillage dessin de Jacques Callot.
Misères de la guerre.Pillage dessin de Jacques Callot.
Narration de la prise du château de Ray et des villages alentours.
Louis XIII et le cardinal de Richelieu en visite à Ray ?

" Le général Weimar, allié des français, avait donné rendez vous à ses troupes à Dampierre sur Salon le 13 juin 1636. Le 19 juin, Champlitte était assiégé par 8 000 hommes de pied, 5 000 chevaux et 19 pièces de canon. Il lui fallu payer 30 000 écus et donner en otage 6 de ses bourgeois pour échapper à la destruction. Les troupes de Weimar se séparèrent à Membrey.

Les français pillèrent, brûlèrent et massacrèrent les habitants de Lavoncourt, deux ou trois réussirent à s’échapper pour se réfugier dans les carrières alentours Du château fort de Lavoncourt, construit sur les bords de la Gourgeonne par Henri de Vergy, il ne reste aujourd’hui plus rien qu’un amas de pierres recouvert de terre formant une élévation d’environ cinq mètres appelée la Motte. Le second groupe tenta de forcer le gué de Savoyeux, défendu par les dragons de Mercy qui avait rangé ses troupes près de Ferrières les Ray.

C’est à Recologne que Weimar passa la Saône, Mercy fut mis en déroute après 4 batailles acharnées. 1 800 chevaux étaient tombés au combat, 1 000 prisonniers furent faits.

Peu après, la courtine du château de Ray se trouva transpercée par 50 volées de canon. Grancey investit alors le château, puis voulant rejoindre Morey il essuie une attaque à Vanne, combat particulièrement vigoureux.

Le baron de Scey, prince de Bauffremont, gouverneur de Franche Comté est battu le 19 septembre. Il se dit que dans ce dernier combat, l’action fut particulièrement meurtrière près de Pontrebeau dans le bois le séparant de Ray et autour dans la dépression de terrain qui entoure les fressoirs. De la viendrait la dénomination de « voye des morts » que portait le chemin de Pontrebeau depuis le fressoir (où on menait les porcs à la glandée) à l’entrée du bois de Ray.

Le maréchal de Grancey fit garnison au château de Ray. Claude François de Mérode, baron de Ray avait fui à Bâle, alors ville libre et cœur politique de l’Europe. Cette guerre dévastatrice et la peste et la famine qui l’accompagnèrent décima la population qui eu du mal à s’en relever. De 1645 à 1656 il n’y a que 24 naissances dans la seigneurie de Ray. 14 concernent Ray, 4 Ferrière, 1 Pontrebeau, 2 Mont-Saint-Léger, 1 Queutrey, 2 Charentenay, aucune pour Recologne ni pour Tincey.

Ces naissances proviennent des personnes ayant trouvé refuge dans l’enceinte fortifiée du château. Le château de Ray comptait 600 réfugiés en l’an 1638. Les villages alentours étaient quasi déserts. On dit qu’à Ferrière il ne restait qu’un habitant : un membre de la vieille famille Bedin...

...Si on regarde les dénombrements d’habitants de 1654 et 1657, faits presque 20 ans après la guerre,on constate que certains des villages n’ont pas repris entièrement vie et que les familles se sont déplacées probablement en fonction des habitations non totalement détruites qui pouvaient les accueillir et surtout quand on compare les listes des habitants par rapport aux dénombrements antérieurs à la guerre de 10 ans, bon nombre de noms ont totalement disparus.

Des familles entières ont été décimées et un certain nombre de personnes n’est pas revenu de l’exil où les avaient contraints les évènements. Le 7 février 1657 Il est noté pour Recologne : sont tous manants ou étrangers, sans y avoir un seul habitant Tincey compte 26 ménages soit 116 personnes, Theuley 16 ménage soit 83 personnes, Vanne 17 ménages (dont 8 étrangers) soit 62 personnes, Ray 14 ménages soit 44 personnes, Ferrière 16 ménages (dont 8 étrangers) soit 57 personnes, Membrey 37 ménages (dont 25 étrangers) soit 182 personnes, Brotte les Rays 10 ménages (dont 8 étrangers) soit 44 personnes, Lavoncourt 17 ménages (dont 9 étrangers). Pontrebeau comptait 6 familles, soit 21 personnes toutes étrangères.

Les « étrangers » étant soit des habitants venant d’autres villages, soit des familles venues de France, de Savoie, de Champagne ou d’ailleurs pour repeupler notre Comté dont la population avait été décimée lors de la guerre de 10 ans.

En dix années de guerre, de famine et de peste 60 % de la population avait tragiquement disparu. 30 000 « estrangers » sont ainsi venus. Il leur était nécessaire de produire une attestation de leurs origines, leur catholicité et bonnes mœurs délivrée par le curé ou l’échevin du lieu d’origine.

Cette victoire valut à Grancey, installé à Ray, la visite personnelle de Louis XIII et du cardinal ministre Richelieu.

Ray ne fut arraché aux français que l’année suivante en mai 1643.

Les troupes françaises se replièrent mais l’armistice intervint à Joux le 26 mars 1645 faisant suite à l’accord de 1644 entre Bourguignons et Comtois. Deux conquêtes françaises suivirent mais il semble que notre Comté avait épuisé ses forces et sa résistance lors de cette atroce guerre de 10 ans.

Il ne faudra que trois semaines à Louis XIV pour la seconde conquête qui se terminera en septembre 1678 par le traité de Nimègue qui annexa notre province à la France et fit de nous les français que nous sommes aujourd’hui."

Source:www.lavoncourt.fr/IMG/ LA GUERRE DE 10 ANS (1634-1644) A RAY SUR SAONE LAVONCOURT ET LES VILLAGES VOISINS.

Malheurs de la guerre. Pendaisons. Dessin de Jacques CALLOT

Malheurs de la guerre. Pendaisons. Dessin de Jacques CALLOT

Cliché: Alain MEY publié avec son autorisation sur OT Dampierre.

Cliché: Alain MEY publié avec son autorisation sur OT Dampierre.

Voir les commentaires

RAY SUR SAÔNE.5-LE GIBET DES SIRES DE RAY

15 Janvier 2016, 09:52am

Publié par Patrick Mathie

1.Dessin Patrick Mathie: le gibet tel qu'on peut l'imaginer. 2.Emplacement du Gibet de Ray défini par Marylise Barbier et Hervé Mouillebouche. ;1.Dessin Patrick Mathie: le gibet tel qu'on peut l'imaginer. 2.Emplacement du Gibet de Ray défini par Marylise Barbier et Hervé Mouillebouche. ;

1.Dessin Patrick Mathie: le gibet tel qu'on peut l'imaginer. 2.Emplacement du Gibet de Ray défini par Marylise Barbier et Hervé Mouillebouche. ;

A quelques centaines de mètres au Sud ouest du Château, dans une pâture, en bordure de la route qui relie Tincey au village de Ray, on peut voir un mouvement de terrain artificiel encadré par des arbres... c'est là que s'élevait au Moyen Âge les "fourches patibulaires " ou "gibet" des sires de Ray.

Le cadastre napoléonien tendrait à confirmer cette indication donnée par Marylise Barbier et Hervé Mouillebouche dans leur étude " La justice de Ray sur Saône à la fin du Moyen Âge" éditée par BREOPOLS .

C'est ce document rédigé par des érudits qui est condensé dans la présente page du blog...

Extraits du cadastre napoléonien avec la toponymie des "fourches".
Extraits du cadastre napoléonien avec la toponymie des "fourches".

Extraits du cadastre napoléonien avec la toponymie des "fourches".

Plan du Bourg de Ray ( château) de Ray la ville ( village actuel) et des fourches patibulaires.MB/HM

Plan du Bourg de Ray ( château) de Ray la ville ( village actuel) et des fourches patibulaires.MB/HM

C'est aux environs de 1237 qu'Etienne II de Bourgogne achète le château de Ray ".Il y installe immédiatement un jeune chevalier plein d'avenir: Othon de la Roche, futur Duc d'Athènes ... Othon est le fils cadet d'une puissante famille de châtelains. S'il n'a pas construit lui même le château, il l'a vraisemblablement fortifié. Avec cette forteresse, avec l'arrivée de cette puissante famille, Ray émerge enfin en tant que lieu de pouvoir dans l'histoire de la Franche Comté."
"Aujourd'hui Ray est donc un minuscule village au pied d'un énorme château du XVIII ème siècle. Mais, à la fin du Moyen Âge, c'était une petite ville prospère, isolée, peuplée de nouveaux riches et de nouveaux venus, et la justice seigneuriale avait fort à faire pour y maintenir la paix et la tranquillité".
Archives judiciaires du château de Ray ( ici "jours" de 1557 à 1558) étudiées par les auteurs. ADHS.

Archives judiciaires du château de Ray ( ici "jours" de 1557 à 1558) étudiées par les auteurs. ADHS.

Un sergent introduit des manants qui viennent payer l'impôt au Seigneur. En réalité l'impôt seigneurial était payé "en nature" avec une part des récoltes, du cheptel ou du bois. Enluminure du XVème siècle.
Un sergent introduit des manants qui viennent payer l'impôt au Seigneur. En réalité l'impôt seigneurial était payé "en nature" avec une part des récoltes, du cheptel ou du bois. Enluminure du XVème siècle.
"Les registres de justice sont notre principale source pour étudier les pratiques judiciaires de Ray sur Saône."
" On pourrait caractériser la justice par trois termes: proximité, efficacité, omniprésence. Elle est administrée par deux instances qui pratiquent sur le même cadre territorial de la baronnie: le prévôt, chargé des amendes et des taxes seigneuriales, et le bailli, plus spécialisé dans la moyenne et la haute justice...le seigneur a droit de justice sur tous les habitant de la baronnie de Ray sur tous les habitants quelle que soit leur condition: manants, membre du chapitre collégial, nobles, officiers seigneriaux et étrangers".

En 1510 un moine de l'abbaye voisine de la Charité est accusé de braconnage :" Jacques Cumyn, demandeur contre frère Estienne de Fretigney religieux de la Charitey defendeur... au fait d'avoir hayet es bois de monseigneur ou lieu dans le bois de la Vaivre de Ferrières et y avoir tendu corde à pandre bestes saulvaiges rière et soubz la seignorie haulte moyenne et basse de mondit seigneur puis quinze jours jours ença sans congé et licence de mondit seigneur, concluant pour ce a dix livres estevenans" Ray 74 registre 1510-1512.

"Les châtelains de Ray avec donc une certaine tendance à favoriser une justice du tout répressif, ce qui offrait le double avantage d'amener un certain calme dans la ville et d'enrichir les fiances seigneriales du fruit des amendes; Aussi,une certaine pression est exercée par les officiers: les sujets sont encadrés de près par un certain nombre de sergents ( chargé de signifier des actes de procédure et de faire exécuter les actes de justice) , messiers ( garde champêtre surveillant des moissons), gruyers ( officier public chargé des forêts) et autres vouhiers ( ou voyer: officier chargé de la police des chemins et des rues) présents dans tous les villages de la baronnie pour surveiller étroitement les infractions et troubles de l'ordre en tous genre. Dans un bourg comprenant 75 familles on compte une dizaine de ces personnels! ...ces derniers pouvaient à l'occasion se retrouver parmi les justiciables, comme ce pauvre sergent Jean Sarret pris en flagrant délit de marauder des chênes dans les bois seigneuriaux:

" Clement Morel charreton demeurant au château dudit Ray...par serment depose que trois mois ença en passant et charroyant du bois en la voye de Tincey, veu le dit defendeur et le sergent Jehan Sarret qui clauppoyent des bauches de bois de chaisne vif abattu pour l'ostel de mondit seigneur" Ray 74 jours1510-1512.ADHS.

RAY SUR SAÔNE.5-LE GIBET DES SIRES DE RAY

La Haute Justice: prison,châtiments et pendaison !

"L'emprisonnement immédiat est monnaie courante. Mais cet emprisonnement est toujours une mesure conservatoire dans l'attente d'un jugement, du versement de l'amende ou d'un châtiment corporel, et non une peine en soi. Dans les cas graves où il est question d'un choc violent le coupable est immédiatement envoyé au cachot ".

En 1557:" Ledit procureur demandeur en matiere de crime et delict contre Pierrot filz de Claude Longin de Pontrebault deffendeur adjourné a comparoir en personne a peine de soixante solz par Perrento Real sergent, au faist d'avoir puis le le premier jour de juing derriere passé oultraigié baptu et blesser Nicolas Longin dudit Pontrebault de grans coups portés d'une grande perche d'une telle force et reddeur que ladite perche se rompeut en deux".

On peut assister, aussi, à des emprisonnements pour des faits moins graves, vol de lard, utilisation d'une fausse mesure:

Vers 1520: " Un nommé Bartholomy pour l'arrect que l'on disoit qu'il avoit commis en ladite grange de de Lyennis comme graine et lard et aultres choses, il fut prins et mené prionnier au chasteaul dudit Ray, lequel depuis se sauva et eschapa de ladite prison".

En 1529: un habitant de Ray est accusé d'avoir " user de faulce mesure au jour de feste Sainct Martin d'iver dernière passée foire dudit Ray en vendant icelle en detal".

Le coupable de 1529, emprisonné, n'écopera que d'une amende courante de 60 sous, assortie d'un avertissement. Cet aspect est particulièrement révélateur de la place prépondérante tenue par les intérêts financiers".
Justice seigneuriale. miniature du XVème siècle.

Justice seigneuriale. miniature du XVème siècle.

Les châtiments corporels

La mise au pilori et la flagellation sont les principaux châtiments infligés aux coupables de délits importants ou de crimes.

L'exposition du condamné au pilori peut être de quelques heures ou de quelques jours. Les passants ne manquent pas de lui adresser des quolibets, des insultes ou des coups !

Le pilori, enluminure du Moyen Âge

Le pilori, enluminure du Moyen Âge

La flagellation précède souvent le bannissement de la communauté et des terres seigneuriales. "Ainsi les jours du 5 mai 1588 relatent le cas d'un homme fustigé pour une raison qui n'est malheureusement pas précisée:

"l'on condempne iceluy deffendeur a estre ce jourd'huy baptu et fustigé de verges par le maître exécuteur de haute justice, des la halle de ce lieu tyrant contre la maladiere par le grand chemin jusques au signe patibulaire de cedit lieu ".

RAY SUR SAÔNE.5-LE GIBET DES SIRES DE RAY

Les exécutions capitales

D'après le terrier de 1460 la châtellenie est dotée

" d'unes haulte fourches élevée à quatre coulennes, à frestre et à pommeaulx, assis et située de toute ancienneté sur le grand chemein du treulle qui tire dès mon chastel de Ray à Recolaigne".

Le dénombrement de 1554 précise également

" qu'on ne peut approcher ledit signe de haute justice de 20 pieds au moins".

Cet interdit qui était peut être lié à la crainte de pratiques maléfiques, était sans doute matérialisé par une clôture au sol.
Le gibet à 4 pinacles de Ray ( interprétation) . Gibet à enclos  de Semur en Auxois en 1575. Le célèbre gibet de Montfaucon sur lequel on pouvait pendre une cinquantaine de condamnés chaque jour.
Le gibet à 4 pinacles de Ray ( interprétation) . Gibet à enclos  de Semur en Auxois en 1575. Le célèbre gibet de Montfaucon sur lequel on pouvait pendre une cinquantaine de condamnés chaque jour.
Le gibet à 4 pinacles de Ray ( interprétation) . Gibet à enclos  de Semur en Auxois en 1575. Le célèbre gibet de Montfaucon sur lequel on pouvait pendre une cinquantaine de condamnés chaque jour.
Le gibet à 4 pinacles de Ray ( interprétation) . Gibet à enclos  de Semur en Auxois en 1575. Le célèbre gibet de Montfaucon sur lequel on pouvait pendre une cinquantaine de condamnés chaque jour.

Le gibet à 4 pinacles de Ray ( interprétation) . Gibet à enclos de Semur en Auxois en 1575. Le célèbre gibet de Montfaucon sur lequel on pouvait pendre une cinquantaine de condamnés chaque jour.

Deux exécutions capitales apparaissent sur la période, concentrées sur la première moitié du XVI ème siècle. Elles sont connues par des témoignages postérieurs.Les registres qui devaient contenir le procès de ces châtiments ayant disparu on ne connaît pas les causes de ces châtiments.
En 1560, mention est faite d'une exécution qui a probablement eu lieu vers 1520:

"ung nommé André fust cndampné a estre pendu et estranglé par le bailly dudit Ray...suivant laquelle sentence icelluy fust pendu et deposant veit comparoir a icelle execution".

Dans la même enquête, un deuxième témoin fait état de deux exécutions survenue entre 1500 et 1560:

" l'une desquelles exécutions fust faicte il y a environ vingt huict ou trente ans que ung nommé Andrian fut candampté... lequel Adrian suyvant la condamnation d'icelluy bailly fust pendu et estrangler au signe patibulaire dudit Ray, et un aultre de Rigney duquel il ne sait le nom que fust condampté a estre semblablement pendu".

L'un des témoins "Honorable homme Claude Robelin, d'aige d'environ soixante et dix ans, souvenant de bonne souvenance se souvient d'avoir vu un corps pendu aux fourches a cause de ce que des passeraulx faisoient leur ny dedans sa bouche" !!!

RAY SUR SAÔNE.5-LE GIBET DES SIRES DE RAY
Le relèvement des fourches patibulaires
Les fourches patibulaires ( gibet) affirment l'Autorité du Seigneur et son droit de Haute Justice sur ses sujets. Elles font l'objet d'un contrôle minutieux. Périodiquement elles doivent être "relevées" c'est à dire reconstruites à neuf. La population doit participer à ce relèvement avec outils et armes, de même qu'elle devra être présente en armes lors de chaque exécution capitale car symboliquement, chacun participe à la mise à mort.
Le premier relèvement des fourches a lieu en 1478 puis en 1496, le 16 mai. "Mais certains sont venus avec un armement insuffisant, d'autres sans les haches et serpes demandées. Les contreveants sont condamnés à 60 sous d'amende. En 1515 à nouveau on convoque tous les habitants pour

" eriger et dresser le signe patibulaire cheu par terre puis huit mois";

ce qui donne lieu à l'établissement d'un rôle pour inscrire les 73 habitants de Ray qui s'y sont rendus.

reconstitution des colonnes de justice. Commune de Plourin, Pays d'Iroise, Bretagne. Piliers de justice à Nîmes, Draguignan, Château de Kerjean.
reconstitution des colonnes de justice. Commune de Plourin, Pays d'Iroise, Bretagne. Piliers de justice à Nîmes, Draguignan, Château de Kerjean.
reconstitution des colonnes de justice. Commune de Plourin, Pays d'Iroise, Bretagne. Piliers de justice à Nîmes, Draguignan, Château de Kerjean.
reconstitution des colonnes de justice. Commune de Plourin, Pays d'Iroise, Bretagne. Piliers de justice à Nîmes, Draguignan, Château de Kerjean.

reconstitution des colonnes de justice. Commune de Plourin, Pays d'Iroise, Bretagne. Piliers de justice à Nîmes, Draguignan, Château de Kerjean.

Les symboles

"Le château est un lieu d'enferment et d'isolement, le signe ( les fourches) un lieu d'exhibition et de réunion. Le château, inaltérable et pérenne, signifie la continuité, l'identité des seigneurs successifs. Les fourches, régulièrement délabrées, régulièrement relevées, montrent au contraire le cycle des générations."

d'après

Marylise Barbier

et

Hervé Mouillebouche

Patrick Mathie 2016

1.Tour médiéval du château de Ray . 2.Le "signe" à l'arrière du château, visible par les passants.1.Tour médiéval du château de Ray . 2.Le "signe" à l'arrière du château, visible par les passants.

1.Tour médiéval du château de Ray . 2.Le "signe" à l'arrière du château, visible par les passants.

Voir les commentaires