Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA HAUTE SAÔNE ET SES BEAUX VILLAGES

RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...

8 Avril 2016, 09:07am

Publié par Patrick Mathie

L'eau fut et demeure un élément essentiel de la vie du Village.

La Saône, que bordent les anciennes maisons du bourg, s'est affrontée au rocher qui porte le château. Bonne fille, elle a détourné son cours, creusé et  modelé une vaste plaine fertile. Protectrice, elle a autrefois aménagé des gués permettant le passage des charrois. Sa force motrice a été domestiquée pour faire tourner le moulin. Les poissons pêchés dans son lit ont été une ressource importante pour la cité au moyen âge. Voie d'eau naturelle elle a contribué au développement du transport fluvial grâce à l'aménagement de dérivation et d'écluses. Aujourd'hui la navigation de plaisance accompagne le développement du tourisme dans la région. N'oublions pas enfin l'approvisionnement en eau qui a vu la population croître, en son temps, pour atteindre plus de 500 "âmes" et de faire fonctionner une brasserie pendant une bonne centaine d'années!

Vue aérienne de RAY dans les années soixante dix.

Vue aérienne de RAY dans les années soixante dix.

La Saône Sauvage.

La Saône doit son nom à la tribu celte des Sequanes et à la déesse tutellaireSouconna ou Sauc-Onna.

"La Saône portait 3 noms : Brigoulus, Souconna etArar. C'est finalement Souconna qui lui est resté, que les moines copistes ont progressivement renommé saoconna, d'où elle tire son nom de Saône.

Son ancien nom avant le monde romain était Arar. Il est le doublement de la racine indo-européenne ar = eau, car, s'écoulant lentement, il est difficile parfois de deviner son sens (selon César, dans La Guerre des Gaules). Son nom actuel vient d'une source sacrée, Sauc-Onna, située à Chalon, dont le nom fut donné à l'ensemble de la rivière par les légionnaires romains.

La Saône prend sa source à Vioménil au pied du Ménamont, au sud du Seuil de Lorraine (département des Vosges), à 405 m d'altitude. Elle conflue avec leRhône à Lyon, à l'altitude de 163 mètres.

La petite Saône a un régime pluvial (parfois influencé par la neige) avec une très forte influence océanique. Les sols, peu propices à l'infiltration, sont vite saturés et favorisent le ruissellement. Très vite le débit gonfle, et dès après avoir reçu les eaux de la Lanterne, la Saône est devenue une puissante rivière". (Wikipédia)

A Ray, la Saône offre un cours parfois capricieux dépendant de la pluviométrie. Elle peut se montrer calme et nonchalante, puis, subitement gonfler et sortir de son lit...

 

Inondations de 2010. 1 et 2 Photo P.MATHIE. 3 Transport original au Domaine du Bac. 4 et 5 Le Domaine du Bac inondé. Photo H. Kouwenberg et Peter Feenstra ( Noordersoft).
Inondations de 2010. 1 et 2 Photo P.MATHIE. 3 Transport original au Domaine du Bac. 4 et 5 Le Domaine du Bac inondé. Photo H. Kouwenberg et Peter Feenstra ( Noordersoft).
Inondations de 2010. 1 et 2 Photo P.MATHIE. 3 Transport original au Domaine du Bac. 4 et 5 Le Domaine du Bac inondé. Photo H. Kouwenberg et Peter Feenstra ( Noordersoft).
Inondations de 2010. 1 et 2 Photo P.MATHIE. 3 Transport original au Domaine du Bac. 4 et 5 Le Domaine du Bac inondé. Photo H. Kouwenberg et Peter Feenstra ( Noordersoft).
Inondations de 2010. 1 et 2 Photo P.MATHIE. 3 Transport original au Domaine du Bac. 4 et 5 Le Domaine du Bac inondé. Photo H. Kouwenberg et Peter Feenstra ( Noordersoft).

Inondations de 2010. 1 et 2 Photo P.MATHIE. 3 Transport original au Domaine du Bac. 4 et 5 Le Domaine du Bac inondé. Photo H. Kouwenberg et Peter Feenstra ( Noordersoft).

Inondations d'avril 2016 vues par Hans Kouwenberg, depuis le Domaine du Bac.

La Saône continue de monter pour atteindre 4.30 m! Le Domaine du Bac redevient une île!

La Saône vue depuis le Domaine du Bac. Photos Hans Kouwenberg. 17.04.2016
La Saône vue depuis le Domaine du Bac. Photos Hans Kouwenberg. 17.04.2016
La Saône vue depuis le Domaine du Bac. Photos Hans Kouwenberg. 17.04.2016
La Saône vue depuis le Domaine du Bac. Photos Hans Kouwenberg. 17.04.2016

La Saône vue depuis le Domaine du Bac. Photos Hans Kouwenberg. 17.04.2016

Une station hydrologique et hydrométrique existe à Ray. Ses relevés transmis à la DREAL permettent d'informer VNF sur l'évolution des débits, des hauteurs d'eau et de prévenir des crues, ce qui est essentiel pour la navigation.

Relevé de la station de Ray, fin mars-début avril 2016

Relevé de la station de Ray, fin mars-début avril 2016

Dans des conditions extrêmes la Saône peut prendre les allures d'un fleuve Sibérien! C'est ainsi qu'en  février 2012 une vague de froid persistante a gelé le cours de la rivière!

Ce n'est rien par rapport aux hivers des années 50 !

Sur sa page facebook, Alain MEY a posté des photographies transmises par THierry Riehl sur la page "Rivières et canaux d'Europe". Elles montrent des péniches cernées par le gel, à Ray, au niveau... des îles(?). Les mariniers ont l'air heureux malgré tout. Une dame a sorti sa fourrure et prend la pose avec le capitaine et du chien du bord. Un groupe se prépare sans doute à sortir " en ville". La fumée sort des cheminées des "bateaux", le linge sèche ( ou géle!) au soleil. Un passage de planches permet de rejoindre la berge sans glisser!....Tout une époque!

Photos Patrick Mathie. 2012
Photos Patrick Mathie. 2012
Photos Patrick Mathie. 2012
Photos Patrick Mathie. 2012

Photos Patrick Mathie. 2012

Photos des années 50? Gel de la Saône à Ray. Photos 1 et 2:sur la gauche, au fond,  on aperçoit les premières maisons du village et à droite le château.Ref: Page facebook Alain MEY. Photos postées par Thierry Riehl sur " Rivières et canaux d'Europe".
Photos des années 50? Gel de la Saône à Ray. Photos 1 et 2:sur la gauche, au fond,  on aperçoit les premières maisons du village et à droite le château.Ref: Page facebook Alain MEY. Photos postées par Thierry Riehl sur " Rivières et canaux d'Europe".
Photos des années 50? Gel de la Saône à Ray. Photos 1 et 2:sur la gauche, au fond,  on aperçoit les premières maisons du village et à droite le château.Ref: Page facebook Alain MEY. Photos postées par Thierry Riehl sur " Rivières et canaux d'Europe".
Photos des années 50? Gel de la Saône à Ray. Photos 1 et 2:sur la gauche, au fond,  on aperçoit les premières maisons du village et à droite le château.Ref: Page facebook Alain MEY. Photos postées par Thierry Riehl sur " Rivières et canaux d'Europe".
Photos des années 50? Gel de la Saône à Ray. Photos 1 et 2:sur la gauche, au fond,  on aperçoit les premières maisons du village et à droite le château.Ref: Page facebook Alain MEY. Photos postées par Thierry Riehl sur " Rivières et canaux d'Europe".

Photos des années 50? Gel de la Saône à Ray. Photos 1 et 2:sur la gauche, au fond, on aperçoit les premières maisons du village et à droite le château.Ref: Page facebook Alain MEY. Photos postées par Thierry Riehl sur " Rivières et canaux d'Europe".

Le cours de la Saône à Ray.

 

En amont  du Pont, la Saône se scinde en deux bras. Le plus important est  constitué par la Petite Saône Sauvage qui conduit vers les pontons , les îles et le moulin. L'autre, canalisé, débouche sur l'écluse de Ray- Charentenay ouvrant sur la dérivation de Charentenay qui rejoint le cours libre de l'eau avant le Village de Soing.

Carte Google. Dérivation de la Saône entre Soing et Charentenay à l'Est et Charentenay et Ray au centre.

Carte Google. Dérivation de la Saône entre Soing et Charentenay à l'Est et Charentenay et Ray au centre.

L'écluse de Ray- Charentenay.

Je ne saurais évoquer l'écluse de Charentenay sans faire référence à Alain Mey qui y vécut pendant son enfance et a fait part de ses souvenirs sur le blog "Saône.org". Ses impressions traduisent tout son attachement à ces années passées à manoeuvrer les manivelles de l'écluse pendant ses vacances scolaires, à voir passer les péniches et à échanger avec les mariniers. Les photos en noir et blanc sont les témoins visuels d'un passé si proche et si lointain à la fois.

Je laisse la parole à Alain....

Photos du site Saône .org. Alain Mey.

Photos du site Saône .org. Alain Mey.

Le Gabes...

"La photo contient deux éléments intéressants : Tout d'abord le bateau (eh oui, dans le milieu marinier, on dit le bateau, pas la péniche). Remarquez la peinture sur le devant. Ce triangle blanc avec un triangle rouge au centre (la photo en noir et blanc ne le montre pas mais c'est bien un rouge du plus bel effet), c'est la marque de la Compagnie Générale HPLM. Une compagnie de navigation intérieure qui a dominé les rivères et canaux pendant plus d'un siècle et qui a aujourd'hui disparu. Toute une époque !"

 

Papa était à la pêche...

"En effet, il était toute la journée à la pêche dans les environs et ne revenait que pour écluser les bateaux dont l'annonce par le téléphone à manivelle reliant les écluses entre elles (1) lui était transmise par ma mère.

Quand j'étais à la maison, il avait trouvé le truc pour être tranquille et qui me convenait aussi : il allait à la pêche et c'était moi qui éclusais. Et où ça devenait intéressant, c'est qu'il me donnait 1 franc par bateau. Pas grand chose pour lui, le début de la fortune pour moi : 10 bateaux, ça faisait un 45 tours de Johnny, Sylvie ou Richard Anthony ! Et en plus j'avais le droit de garder le pourboire ! 20 centimes ! Il y avait quelques rares généreux qui donnaient plus. La fête quoi ! Et aussi quelques radins... Le pourboire. Aussi loin que je me rappelle, c'était toujours 20 centimes. Jusqu'à ce qu'on quitte l'écluse en 1966. Après, je ne sais pas. Est-ce que ça existe encore aujourd'hui ? Si oui, c'est combien maintenant ? D'où venait cette coutume ?

Il parait que c'était le remerciement du marinier à l'éclusier qui venait lui prendre ses cordes (d'ailleurs, les rares radins étaient connus et devaient souvent se débrouiller tout seuls pour s'amarrer). Mais alors, pourquoi n'y avait-il pas de pourboire en canal où l'amarrage du bateau est aussi facilité quand quelqu'un prend les cordes ?"

 

La barque des ponts et chaussées navigation…

 

"Quand nous étions à l'écluse de Charentenay, dans les années 60, chaque écluse et chaque barrage était doté d'une barque. Je ne sais pas si c'est encore le cas aujourd'hui. J'en garde un souvenir fabuleux. Rien à voir avec une frêle barque de pêche (bien qu'elle convenait parfaitement pour ça). Du maousse costaud ! Je ne sais plus la longueur, mais il y avait deux jeux de rames. Dure à démarrer mais une fois lancée, un vrai hors-bord. Non, j'exagère mais quand même très rapide.

Une photo à l'écluse de Charentenay dans les années 60, la barque amarrée devant la maison éclusière et mes deux frères en train de pêcher. J'ai revu quelques décennies après, cette barque en ruines et ça m'a fait un pincement douloureux au coeur. Elle représentait tellement de bons souvenirs... J'aimerais savoir s'il en existe encore en service".

Alain Mey

Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..
Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..
Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..
Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..
Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..
Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..

Ecluse de Ray- Charentenay au fil du temps..

Dragage, entretiens et réparations.

Le lit d'une rivière navigable demande un entretien et des aménagements réguliers de la part de VNF. Quelquefois des désagréments peuvent survenir...

La communauté de communes des 4 Rivières a construit 5 pontons au pied du château de Ray très visité par les touristes. En 2014 le président d'alors faisait part de son mécontentement par rapport à l'ensablage de la petite Saône:

…Et que dire de Ray sur Saône où les pouvoirs publics nous ont encouragés à installer des pontons pour permettre l’accès des bateaux de plaisance mais paraissent impuissants devant de simples techniciens de la Fédération de pêche qui s’opposent à tout dragage de la Saône. Résultat : les bateaux s’échouent sur des bancs de sable au milieu de la rivière, les pontons sont déserts et les touristes évitent village et château !...

(Champlitte, le 14/01/2014 Charles GAUTHIER alors Président de la  CC4R)

De même les commerçants se plaignaient du fait que la trop faible hauteur d'eau empêchait les bateaux des plaisanciers d'accoster.

Des remèdes ont été apportés mais... lors du dragage de l'écluse, un affaisement de terrain s'est produit et les pierres centenaires du chenal éclusier se sont effondrées dans l'eau. VNF répare les dégâts en installant des paleplanches métalliques ce qui a l'heur d'exaspérer Hans Kouwenberg et Peter Feenstra,propriétaire de la propriéte de l'ancien bac!

Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.
Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014.  Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.

Le dragge de 1970. Article Est Republicain 2014. Dragage de 2015.Les pontons. Les réparations à l'écluse. Photos Patrick Mathie.

L'ancien Bac .

 

L'ancien Bac permettait la traversée de la Saône à pied sec avant la construction du Pont. Piétons, animaux, attelages,matériels, marchandises étaient embarqés à partir d'un rampe en pierres s'avançant dans le cours de la Saône. La large barque à fond plat était attachée par des cordages et des poulies qui coulissaient sur un câble suspendu qui traversait le cours d'eau. Le passeur, en se tenant aux cordages et en utilisant le courant, faisait avancer l'embarcation et son précieux chargement et atteignait ainsi l'autre rive sur un débarcadère. En fonction de la force du courant la tâche était plus ou moins aisée! Un incident tragique intervint lors d'une traversée narrée par l'abbé Dallet  en 1904.( voir plus bas).

 

Les Archives départementales de Haute Saône conservent des documents relatifs à l'exploitation et à l'entretien du Bac:

Le 17 brumaire An IX  ( samedi 8 novembre 1800) un avis au public  annonçait une adjudication de l'exploitation et de la reconstruction de l'ancien bac "à traille" qui devait être en piteux état ( on peut penser qu'une catastrophe avait déjà pu avoir lieu, vu l'insistance portée sur la "sécurité de la vie des personnes"!):

AVIS AU PUBLIC. Administration de l'Enregistrement du Domaine National

"Ceux qui voudront amodier ( louer) le Bac de Ray et les bâtiments ou dépendant, pourront se rencontrer par devant le sous préfet à Gray a heure de neuf du matin du 28 brumaire courant, ou l'adjudication sera donnée au plus offrant, et dernier enchéri sera au Donnant caution solevable et aux conditions qui seront portées dans le cahier des charges desquelles on pourra prendre connaissance à la sous-préfecture à compter du 21 courant. Dampierre, le 17 brumaire an 9.Signé: Le Receveur des Domaines".

Les conditions de l'amodiation et de la construction du nouveau Bac de Ray: 

"Article premier: Le bail sera fait pour le temps et terme de 9 années, qui commenceront au premier frimaire (samedi 22 novembre)prochain.

Article 2:L'ancien Bac restera à la disposition de l'adjudicataire qui sera tenu et obligé d'en fournir un neuf à ses frais, dans les plus courts délais, ce qui sera exécuté de manière à ce que le passage soit toujours libre et que la vie des personnes soit en sûreté.

Article 3: Le Bac neuf sera construit dans les mêmes dimensions que celui qui existe actuellement, en bois de bonne qualité, les georgeos (?) seront d'une seule pièce et d'épaisseur convenable à faire dans les règles de l'art, et sans qu'elles puissent être moindre que celles qui ont servi à la construction du Bac ancien, de tout quoi il sera fait sévère reconnaissance par experts..."

 

 

1.et 2 Adjudication du nouveau bac en 1800.(ADHS) 3 et 4 Cadastre Napoléonien ( ADHS) 5. Cpa un bac à Traille vers 1900 sur le Rhône. Clichés P.Mathie
1.et 2 Adjudication du nouveau bac en 1800.(ADHS) 3 et 4 Cadastre Napoléonien ( ADHS) 5. Cpa un bac à Traille vers 1900 sur le Rhône. Clichés P.Mathie
1.et 2 Adjudication du nouveau bac en 1800.(ADHS) 3 et 4 Cadastre Napoléonien ( ADHS) 5. Cpa un bac à Traille vers 1900 sur le Rhône. Clichés P.Mathie
1.et 2 Adjudication du nouveau bac en 1800.(ADHS) 3 et 4 Cadastre Napoléonien ( ADHS) 5. Cpa un bac à Traille vers 1900 sur le Rhône. Clichés P.Mathie
1.et 2 Adjudication du nouveau bac en 1800.(ADHS) 3 et 4 Cadastre Napoléonien ( ADHS) 5. Cpa un bac à Traille vers 1900 sur le Rhône. Clichés P.Mathie

1.et 2 Adjudication du nouveau bac en 1800.(ADHS) 3 et 4 Cadastre Napoléonien ( ADHS) 5. Cpa un bac à Traille vers 1900 sur le Rhône. Clichés P.Mathie

Le naufrage du Bac en 1853 : 16 morts.

L'Abbé Dallet, dans sa monographie de Ray, raconte le drame qui s'es joué sur la Saône alors que le bac était chargé de passagers, de bestiaux et de marchandises...

Récit du Naufrage de 1853 par l'abbé Dallet.
Récit du Naufrage de 1853 par l'abbé Dallet.

Récit du Naufrage de 1853 par l'abbé Dallet.

Le Domaine du Bac et la société Noordersoft.

 

Deux citoyens hollandais se sont installés au Domaine du Bac pour y poursuivre l'activité de leur société informatique qu'ils avaient débutées en Hollande.

Hans Kouwenberg a reçu une formation de psychologie, a travaillé dans l'événementiel dans différents sociétés américaines puis comme Directeur de l'Académie des Beaux Arts d"Amsterdam jusqu'en 1990.

Peter Leunis Feenstra à fait des études universitaires en pédagogie puis en informatique.

En 1990, changeant complètement de domaine d'activité ils ont fait l'acquisition d'une pénciche pour transporter des marchandises entre la Hollande et la Méditerranée.

Mais laissons les nous conter leur périple professionnel sur un de leurs blogs:

NoorderSoft b.v. – Amsterdam – constitue une activité de l’entreprise néerlandaise « Noorderzon Cruises b.v. », active depuis 1990 dans le transport fluvial international. NoorderSoft – Amsterdam développe des logiciels pour le calcul des itinéraires par les voies navigables de l’Europe, ainsi que pour le calcul des horaires et des coûts de transport. NoorderSoft – Amsterdam gère une base de données détaillée de toutes les voies navigables européennes, permettant de conseiller d’autres entreprises et des institutions en ce qui concerne le transport par voie d’eau.

Ce conseil s’étend aux institutions gouvernementales chargées du transport par voie navigable. Grâce à une connaissance sans égal du réseau européen des voies navigables et grâce à l’expérience de la pratique du transport par eau, NoorderSoft peut conseiller effectivement, vite et compétitivement.

NoorderSoft – Amsterdam a des liens forts avec les départements du Rijkswaterstaat qui s’occupent des voies navigables et avec la Commission Centrale de la Navigation Rhénane et la Commission Centrale du Danube. NoorderSoft participait au projet « COMPRIS », qui réalisait les « River Information Services » (RIS, Services d’informations fluviales). Dans ce projet, NoorderSoft développait des logiciels qui permettent l’accès direct aux RIS depuis le poste de pilotage d’un bateau.

Plusieurs disciplines se combinent dans NoorderSoft – Amsterdam : l’informatique est géré par Peter Feenstra, qui est le responsable des logiciels, du développement, de la production, du service et de la clientèle. L’entretien de la base de données, les informations sur les voies navigables, les conseils et le contact avec les institutions sont de la responsabilité de Hans Kouwenberg, qui trouvera sa route partout en Europe, tant que c’est une route fluviale. Charly Curtit, le développeur que nous employons depuis octobre 2010, fait les modifications nécessaires dans le code-source

À bord d’un bateau, on travaille jusqu’à 19h00, en générale. Les soirées, pendant qu’on était amarré, nous faisions des essaies sur l’ordi, afin d’améliorer notre planning. Lentement notre logiciel était né. Jamais nous  n'aurions pu nous imaginer que ce produit nous permettrait de gagner beaucoup plus qu'avec le bateau – ou même qu'avec nos anciens salaires !"

Hans et Peter viennent de prendre leur retraite . Ils ont revendu leur Société (de réputation européenne) à une Société belge qui continue à développer et diffuser leur logiciel sous son nom d'origine:" PC Navigo".

1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.
1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.

1,2,3 l'ancien bac vers 1900.4 la péniche de Hans et Peter, mariniers.5 Peter Fenstra et Hans Kouwenberg. 6,7 logiciel PC Navigo. 8,9,10 navigation au pied du domaine du Bac et du pont de Ray.

Le moulin de Ray

Situé aux pied du château, dans une dérivation de la Saône entre Vanne et Ray, le moulin à roue à aubes, utilisant la force motrice d'une chute d'eau, existe depuis le XVème siècle.

L'abbé DALLET nous en dit plus, un peu plus loin...

Le moulin,propriété des sires de Ray, déjà existant au moyen âge, a été transformé en 1782 par un meunier alsacien. Dans les temps modernes il a été transformé en usine hydroélectrique. Laissée à l'abandon, celle-ci vient d'être rachetée et entièrement rénovée de même que la prise d'eau et l'ancien barrage à aiguilles. Elle a une capacité de production d'électricité de 300 à 400 kwh.

L'usine hydroélectrique

Article de l'EST REPUBLICAIN:

 

"HAUTE-SAÔNE30 ANS APRÈS, L’USINE HYDROÉLECTRIQUE DE RAY-SUR-SAÔNE RENAÎT

17/12/2014 

 

C’est un projet de trois ans, « dont deux passés à enchaîner les procédures administratives » raconte le propriétaire, qui vient officiellement d’aboutir depuis une semaine.

Ray-sur-Saône, 30 ans plus tard, retrouve sa centrale hydroélectrique en activité. Une fierté que ne cache pas le maire, Michel Albin. « Le travail réalisé par le propriétaire a été considérable. En tant que municipalité, nous avons appuyé le dossier qui a eu le mérite de faire travailler des entrepreneurs locaux, ce qui n’est pas négligeable. »

Voir cette institution, mise sur pied en 1922 par la Société d’intérêt collectif agricole d’électricité (SICAE), renaître en contrebas du château, route de Vanne, alors qu’elle avait cessé toute activité en 1984, a une signification plus que symbolique pour le canton de Dampierre-sur-Salon. Sa réalisation est encore plus marquante. Petit bijou de modernité, la centrale, qui tire son fondement de l’eau, se limite strictement à une énergie propre et renouvelable. « Zéro carbone » atteste Michel Albin. « Même s’il a fallu se battre, le renouvelable est bien sûr la solution d’avenir », reprend le représentant de la SARL Hydroest, unique gestionnaire du site.

L’environnement soigné

Après une étude publique, de multiples échanges avec les autorités, la centrale, qui fonctionne avec deux turbines Kaplan (à hélices), a lancé son activité, entièrement automatisée. « Les anciennes aiguilles ont été remplacées par des clapets automatiques », explique le maître des lieux. Via un canal d’amenée, l’eau pénétrant dans les chambres à eau se jette dans une roue, facteur de multiplicateur de vitesse. L’opération, par le biais d’une génératrice asynchrone, mue l’énergie, qui devient électrique. Puissance de l’installation : 400 kWh, pour du 20.000 volts en sortie.

Le tout, avec un soin évident pour la continuité écologique. Le propriétaire n’a-t-il pas inclu à son projet très conséquent de rénovation, une passe à poissons pour 200.000 € subventionnés à 80 % ? « Grâce à un dégrilleur automatique (système avec un peigne qui remonte les saletés), nous nettoyons en plus les eaux usées, polluées par des déchets provenant des gens ou de la nature », ajoute le responsable, technicien à la base, et passionné de mécanique. Une aubaine pour Ray-sur-Saône et le secteur."

Maxime CHEVRIER

1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..
1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..

1et 2 récit de l'Abbé DALLET. 3 et 4 cadastre Archives70.5 Le moulin en 1899.6 à 8 Le moulin-usine en 2011.9 à 11 l'usine en 2016.10 Le moulin,au pied du chateau vers 1900. L'usine hydroélectrique et le moulin en 1958. Travaux de rénovation du barrage en 2014..

Noues, ruisseaux et bassin.

Ray, bordé par la Saône ne possède pas de réseau hydrographique sur son territoire. Le cadastre napoléonien indique des noues, des " ruisseaux" et un bassin au XIXème siècle.

Les noues sont des fossés creusés dans la plaine, ils apportent de  l'eau  dans les prés, mais surtout évacuent plus facilement le trop plein d'eau après une inondation.

Les "ruisseaux" qui figurent sur le même plan sont courts et rectilignes. Les plus proches des maisons relient certainement les égouts de la rue ( deux caniveaux pavés sont visibles de chaque côté de la route sur les cartes postales anciennes) à la rivière.

Deux autres, plus longs, sont peut être liés à la production de bière d'une ancienne brasserie rue de l'abreuvoir de 1700 à 1820.

Un plan d'eau ovoïde, aujourd'hui disparu, constituait peut être un vivier à poissons puisque, parmi les professions représentées, dans le village on pouvait dénombrer un ou deux pêcheurs.

Noues , ruisseaux, bassin du cadastre Archives 70. Emplacement actuel supposé de l'ancien bassin, Photo P.Mathie
Noues , ruisseaux, bassin du cadastre Archives 70. Emplacement actuel supposé de l'ancien bassin, Photo P.Mathie
Noues , ruisseaux, bassin du cadastre Archives 70. Emplacement actuel supposé de l'ancien bassin, Photo P.Mathie
Noues , ruisseaux, bassin du cadastre Archives 70. Emplacement actuel supposé de l'ancien bassin, Photo P.Mathie
Noues , ruisseaux, bassin du cadastre Archives 70. Emplacement actuel supposé de l'ancien bassin, Photo P.Mathie

Noues , ruisseaux, bassin du cadastre Archives 70. Emplacement actuel supposé de l'ancien bassin, Photo P.Mathie

L'eau potable. Puits, fontaines, lavoirs.

A l'origine, l'adduction d'eau n'éxistant pas encore, on se fournissait en eau grâce à des puits creusé dans les cours des maisons, voire même dans les caves...Le puits le plus impressionnant est sans doute celui du château qui descend à 100 m pour atteindre la nappe phréatique de la Saône. Débouchant dans les cuisines il permettait d'avoir un approvisionnement en eau constant, même en cas de siège.

La fontaine de la place de Salverte a été construite en 1844 par l’'architecte Alexandre Ringuelet 1802-1886,à l'emplacement de l'ancien marché couvert du Moyen Âge. C’est une fontaine à obélisque. Elle alimente le lavoir en eau.

 

Le lavoir couvert de Ray-Sur-Saône a été construit au début du XIXème siècle par l’'architecte Anatole Amoudru 1739-1812. Il se trouve sur la place de l’'église. Son bassin est de forme ovale, ce qui est très rare dans le département.

Il est à arcades moulurées. Les colonnes engagées supportent avec les pilastres d’'angle un entablement dorique, qui est le plus ancien des ordres architecturaux du monde grec caractérisé par un chapiteau demi-circulaire sans ornement et une colonne sans base, assez épaisse et légèrement conique. Il se distingue par sa simplicité.

Un article récent de l'Est Républicain rappelle une anecdote concernant le curé du village opposé à son édification, à proximité de son église:

1844 : LE CURÉ DE RAY MÉCONTENT DU LAVOIR

ER DU 7 AVRIL 2016

Avant la Révolution, le curé était le personnage le plus important du village. Après la Révolution, l’avis du maire était prépondérant.

La consultation des archives permet de découvrir les petits conflits qui ont vu le jour à la suite de décisions prises par le conseil municipal.

Le 13 juin 1844, le curé Jolyot, de Ray-sur-Saône, s’installe devant son pupitre pour rédiger une lettre à Mme la duchesse de Ray. Il s’agissait à l’époque de Béatrix Stéphanie de Choiseul-Stainville. Il lui confie ses soucis et notamment il évoque ce qui l’afflige tout particulièrement : le lavoir.

« Je ne puis pas dire ici tout ce que je ressens de peine et de douleur. Les vexations dont je suis l’objet, toutes les réflexions que j’entends… »

Qu’a donc ce curé contre le lavoir ? Il l’explique dans sa lettre : « Une chose à laquelle j’étais loin de m’attendre c’est que ce lavoir qui devait être si bien caché, sera à la vue de toute personne qui se rendra à l’église. Impossible de rentrer ou sortir de l’église sans l’avoir sous les yeux ».

Notre curé trouve-t-il le bâtiment si disgracieux ?

Non, son problème réside en ce que les lavandières vont pourvoir passer en revue les personnes qui passeront devant. « Ces personnes devront subir leurs sottises et leurs sarcasmes », écrit-il.

Plus aucune cérémonie religieuse ne sera possible hors de l’église comme un enterrement ou le port de sacrement.

Bien sûr, il conçoit qu’un lavoir est nécessaire à la communauté de Ray mais dans tous les villages c’est un lieu mal famé où se disent les pires choses.

Assurément, écrit-il, « la commune regrettera de l’avoir placé à cet endroit ». La lettre est probablement parvenue à sa destinataire mais le lavoir a été construit à l’endroit prévu. Aujourd’hui, il est déserté de ses lavandières qui aimaient rire et parler en accomplissant leur tâche dans la bonne humeur. La décision d’élever le lavoir avait été prise par le conseil municipal en 1840 et celui-ci a été érigé à l’emplacement de l’ancien four banal."

Les fontaines-abreuvoir

Le cadastre napoléonien montre les emplacements de ce ces principaux points d'eau, sans oublier les deux abreuvoirs naturels en bords de Saône, l'un à proximité de l'embranchement de la rue du Bac, l'autre situé au bout de la rue de ....l'Abreuvoir.

Les cartes postales anciennes, lors d'un examen plus approfondi, montrent également  leur existence.

Les puits:

L'un est visible de la rue, sur le parvis du château, l'autre dans la cour de l'ancienne brasserie ( actuellement Chez Yvette, autre lieu d'étanchement de la soif) . D'autres existent certainement dans les cours arrières des maisons. L'un d'entre eux est même creusé dans la cave d'une maison datant de 1702!

Mais l'un d'entre eux a retenu l'attention de l'Abbé DALLET par le drame qui s'est joué lors de son creusement dans le parc du château et dont il nous narre la tragédie.

 

 

 

 

 

RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...

Une brasserie à Ray? Oui! Et c'est encore l'abbé DALLET qui nous l'apprend!

Pour faire de la bière  il faut de l'orge germé du houblon et de l'eau (8 litres d'eau sont nécessaires pour fabriquer 1 litre de bière!)  Il faut croire que J.F. Chalmin et A.F. Constant disposaient de l'ensemble de ces ingrédients puisqu'une brasserie entra en activité en 1729 et ferma définitivement en  1816, exploitée alors par Claude Maubon.

1 texte de l"abbé DALLET. 2.3 Emplacement actuel de l'ancienne brasserie, rue de l'Abreuvoir et son puits. 4 plan d'alignement des rues. La brasserie se situait sur les terrains 3-5-7 à gauche de la rue.
1 texte de l"abbé DALLET. 2.3 Emplacement actuel de l'ancienne brasserie, rue de l'Abreuvoir et son puits. 4 plan d'alignement des rues. La brasserie se situait sur les terrains 3-5-7 à gauche de la rue.
1 texte de l"abbé DALLET. 2.3 Emplacement actuel de l'ancienne brasserie, rue de l'Abreuvoir et son puits. 4 plan d'alignement des rues. La brasserie se situait sur les terrains 3-5-7 à gauche de la rue.
1 texte de l"abbé DALLET. 2.3 Emplacement actuel de l'ancienne brasserie, rue de l'Abreuvoir et son puits. 4 plan d'alignement des rues. La brasserie se situait sur les terrains 3-5-7 à gauche de la rue.

1 texte de l"abbé DALLET. 2.3 Emplacement actuel de l'ancienne brasserie, rue de l'Abreuvoir et son puits. 4 plan d'alignement des rues. La brasserie se situait sur les terrains 3-5-7 à gauche de la rue.

La pêche.

La société de pêche s'appelle la Mane Rayloise.

 

EST REPUBLICAIN DU  12.02.2016

"LA MANE RAYLOISE FAIT LE POINT

 

Sous la présidence de Karine Poirot s’est tenue l’assemblée générale de la société de pêche. Malgré un petit parcours halieutique en Saône, la société compte 49 adhérents et 42 associés. Il n’y a pas eu d’alevinage cette année. Le voyage touristique a été un franc succès.

Le rapport financier affiche une trésorerie saine et positive, ce rapport est adopté à l’unanimité.

En 2016, un alevinage sera réalisé pour 2.500€, un repas pêche et un voyage dans le Haut Doubs sont prévus.

La Mane rayloise organise chaque année un concours de prises originales. En 2015, le vainqueur a pêché une perche de 50 cm pour 2,1 kg ; le deuxième, un sandre de 90 cm pour 8 kg ; et le 3e une truite de 45 cm prise en Saône. Les lauréats Lucien Dondon, Florient Baudin et Marcel Megeand se sont vus remettre respectivement un bon d’achat de 55 €, 44 € et 33 €. Concours reconduit en 2016. Le garde-pêche particulier Stéphane Lhuillier a effectué 13 contrôles.

Cette réunion s’est achevée par le verre de l’amitié."

RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...
RAY SUR SAÔNE.13- Au fil de l'Eau...

Loisirs Raylois.

 

Le Syndicat d'initiative anime la vie de la cité.

C'est ainsi que pendant de nombreuses années les bords de Saône ont accueilli

"la Fête de l'Eau" 

qui s'est arrêtée en 2013 mais qui laisse d'excellents souvenirs. Peut être que le futur développement touristique du château relancera cette manifestation organisée jusque là par des bénévoles.

Pour se remémorer les  différentes fêtes on consultera le site d'Alain MEY

ray-sur-saône-70.fr

photos des anciennes fêtes de l'eau de 2001 à 2011

1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.
1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.
1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.
1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.
1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.
1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.

1à 5.Photos Alain MEY. 6 Réunion du S.I. photo E.R.

Course à pied, Course cycliste, randonnée pédestre, "Mardis du Terroir", Vide grenier, Repas communal... organisés par le S.I. de Ray se déroulent sur les bords de Saône au cours de l'année.

La pratique du VTT fait découvrir de magnifiques paysages le long de la Saône sauvage ou canalisée.

Du château et de son parc le regard embrasse la plaine et les Monts de Gy.

Et puis, quand il fait bien chaud, "piquer une tête" dans la Saône, à la plage... c'est rafraîchissant!

1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie
1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie
1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie
1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie
1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie
1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie
1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie

1 Course, Photo Alain Mey. 2 Randonnée à cheval, Photo Balade Haute Saône. 3 à 7 Photos P.Mathie

Une croisière sur la Saône?

Découvrir la Saône sur un bateau de plaisance constitue une expérience unique.

Au Port de Savoyeux, SAÔNE PLAISANCE propose la location de bateaux très bien aménagés.

1 et 3 Saône plaisance. 2 P.Mathie.
1 et 3 Saône plaisance. 2 P.Mathie.
1 et 3 Saône plaisance. 2 P.Mathie.

1 et 3 Saône plaisance. 2 P.Mathie.

Se loger et se restaurer à Ray.

 

Le TILLEUL DE RAY , chambres et table d'Hôtes, vous accueille tout au long de l'année. Isabelle LADOUCE et Dominique D'ONGHIA sont aux petits soins pour leurs hôtes. De plus Isabelle, sophrologue, propose des ateliers de remise en forme...

Chez YVETTE, le restaurant bar se situe au centre du village, à proximité des pontons sur les rives de Saône. On peut se rafraîchir en terrasse et manger à toute heure.

1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.
1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.
1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.
1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.
1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.
1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.

1.2.3 Le Tilleul de Ray. 4.5.6 Chez Yvette.

Voir les commentaires

RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.

6 Avril 2016, 08:39am

Publié par Patrick Mathie

En Haute Saône on connaît principalement les vins de Champlitte ou de Charcenne dont la production résulte de la plantation de nouveaux cépages sur des terroirs viticoles autrefois touchés par le phylloxéra. Mais d'autres territoires, moins connus tels les Coteaux d'Hugier ou Bucey les Gy, renaissent depuis les années 90 en produisant des vins biologiques.

Ray sur Saône, au pied de son château ancestral, fut lui aussi un village planté de vignes et producteur de vin. Les témoins de ce passé viticole, outre la maison vigneronne de Paule et Raymond LIARD, peuvent être retrouvés dans les archives départementales et dans une monographie de 1904, rédigée par l'Abbé Dallet, exhumée et transcrite en 1979 par le jeuneThierry GIRARDOT. Ce dernier document m'a été confié par Raymond LIARD.

Raisins sur une vigne en espalier à Ray.

Raisins sur une vigne en espalier à Ray.

Un territoire viticole figurant sur l'ancien cadastre napoléonien.

 

Le cadastre napoléonien met en évidence une toponymie liée à la culture de la vigne, principalement au sud du château, sur les coteaux des Renvers. Un sol propice, des terres en pente, une bonne exposition au soleil constituaient les conditions favorables à la production de vin.

1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.

1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour, vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.

La monographie de l'abbé Dallet, transcrite par Thierry Girardot, nous renseigne sur le territoire viticole de Ray.

D'après l'arpentement général* de 1681, la surface des vignes  était de 79 ha 38 a sur une superficie totale de 255 ha 70a soumise à l'impôt. Il est à noter que les vignes seigneuriales ne figuraient pas dans le calcul. On peut donc imaginer que la surface totale des vignes avoisinait la centaine d'hectares.

Les recensements culturaux de 1887 et 1904 présentent les rendements moyens des différentes productions agricoles dont la vigne.

 En 200 ans la superficie de la vigne a été divisée par 10. Il est vrai que le phylloxera et autres maladies de la vigne ont décimé les plans et sans doute découragé bon nombre de vignerons qui se sont tournés vers d'autres productions ou ont quitté le village.

Le rendement moyen des vignobles a été multiplié par 3 en 17 ans. On peut y voir l'influence de l'amélioration des terres et des façons culturales par l'amendement.

*• Registre d'arpentement: Registre sur lequel est effectué le recensement et l'estimation de la valeur fiscale des différentes parcelles de terres du village par propriétaire, en vue de la répartition des impôts fonciers de la communauté d'habitants. Le seigneur, propriétaire foncier le plus important apparaît en premier. • Terrier: Registre contenant la description des terres (domaine direct ou réserve) et censives (tenures) dépendant d'un seigneur, ainsi que les redevances dues, les services à rendre, les usages locaux. Il devait en principe être renouvelé tous les vingt ou trente ans et son existence fut supprimée par une loi de mars 1790

 

Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.
Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.
Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.

Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.

Les familles vigneronnes à Ray sur Saône.

Les recensement de population des archives départementales permet se suivre l'évolution de la population du village de Ray. Grâce à l'indication des métiers des personnes composant la famille ont peut établir la liste des ménages de vignerons ( et de tonneliers) en 1881,1886, 1891. L'étude démontre la constante décroissance de la culture de la vigne dans la commune.

La moyenne d'âge des vignerons est très élevée. Certains même dépassent allègrement les 70 ans et son bien répertoriés comme vignerons et non comme vignerons en retraite.

En 1881 sur une population de 440 habitants 7 ménages comprenant 19 personnes vivent de la vigne.

En 1885  sur une population constante on dénombre 10 ménages représentant 25 personnes.

En 1891 seuls 2 ménages , soient 4 personnes ,sont des vignerons.

Le recensement de 1896 montre qu'il n'y a plus aucune personne vivant directement de la vigne à Ray.

 

1Tableau de l'évolution des ménages de vignerons de 1881 à 1891 d'après le recensement de population des Archives départementales 70. 2 Extrait du recensement de 1881 Archives départementales 70.
1Tableau de l'évolution des ménages de vignerons de 1881 à 1891 d'après le recensement de population des Archives départementales 70. 2 Extrait du recensement de 1881 Archives départementales 70.

1Tableau de l'évolution des ménages de vignerons de 1881 à 1891 d'après le recensement de population des Archives départementales 70. 2 Extrait du recensement de 1881 Archives départementales 70.

Les vins de Ray.

Le cépage d'origine des vins de Ray pourrait être le Franc Noir, typique en Haute Saône . On pense également au Noah hybride de 1896 qui fut interdit en 1935. Aujourd'hui encore on trouve ce dernier chez des particuliers établi en treilles. Le lien entre noah et « vin qui rend fou » ou « qui rend aveugle » est actuellement encore bien présent dans la culture du monde rural de nombreuses régions vinicoles françaises!

Quoiqu'il en soit Raymond LIARD souligne la qualité de ce vin d'antan:                  " Gabrielle de Salverte, maire de Ray à l'époque , propriétaire du château" -et dont les nobles ancêtres  possédaient quelques dizaines d'hectares de vignes- "m'avait indiqué que les vins de Ray étaient appréciés à la table des Rois de France sous le règne de LouisXV et de Louis XVI".

La cuverie du château de Ray ou était vinifié le raisin des vignes des Comtes et Duc. Une date gravée à la droite d'une porte d'accès indique 1770. Elle contient aujourd'hui les pompes hydrauliques qui amènent l'eau au château.
La cuverie du château de Ray ou était vinifié le raisin des vignes des Comtes et Duc. Une date gravée à la droite d'une porte d'accès indique 1770. Elle contient aujourd'hui les pompes hydrauliques qui amènent l'eau au château.

La cuverie du château de Ray ou était vinifié le raisin des vignes des Comtes et Duc. Une date gravée à la droite d'une porte d'accès indique 1770. Elle contient aujourd'hui les pompes hydrauliques qui amènent l'eau au château.

Vendanges" en famille" à Ferrière les Ray, vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain Mey ( Blog: Bienvenue à Ray sur Saône) . Au centre ses grands parents paternels.

Vendanges" en famille" à Ferrière les Ray, vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain Mey ( Blog: Bienvenue à Ray sur Saône) . Au centre ses grands parents paternels.

 La vigne aujourd'hui à Ray.

La tradition viticole est vivace en Haute Saône. C'est le cas à Ray où deux familles (Billardey Philippe et THIRION Colette) ont relancé la plantation de ceps sur des terrains  autrefois viticoles. Certes, les superficies n'ont aucun rapport avec celles du XVIIIème siècle, mais ces quelques dizaines d'ares  perpétuent la tradition.

Raymond LIARD, dont la propriété est située sur des terres à vignes, a élaboré un projet en collaboration avec son fils et  un résidant allemand négociant en vin. Le contrat prévoyait la plantation de 2000 pieds de vignes, la récolte et la vinification, ceci en agriculture biologique. Malheureusement le retour en Allemagne du commerçant a figé le projet. Raymond pourrait le relancer avec un autre intervenant qui souhaiterait le contacter...

La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.

La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5 parcelle vers l'Eglise. 6 à 8 parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.

Les vendanges en famille de Philippe Billardey.

Philippe, agriculteur- éleveur en retraite, a replanté la vigne  il y a une dizaine d'années dans la parcelle dite des Fontenelles. Les cépages  choisis ont été fournis par les pépinières Guillaume de Charcenne qui exportent des greffons dans le monde entier. Tous ces plants ne nécessitent aucun traitement particulier, c'est dire que les raisins et les  vins produits sont sains!

Les variétés :

Raisin "blanc":

- Noah blanc

- cep Villars

Raisin "noir":

- Oberlin

- Léon Millot

- Kuhlman

- Maréchal Foch

Chaque année, en septembre, la famille, aidée par des amis se retrouve pour participer aux vendanges.

L'ouverture des travaux est annoncée par l'ancienne "garde champêtre" de Ray après un roulement de tambour puissant, propre à requérir toute l'attention des vendangeurs, petits et grands!

 Les grappes sont triées avant d'être déversées dans les grosses seilles juchées sur la remorque à plateau. Ici point de hotte ou de brante, les vendangeurs utilisent de robustes seaux pour transporter leur cueillette.

Les seilles remplies, le convoi se dirige joyeusement vers la maison dans la grand rue du village. 

Une grande tablée dressée dans la grange, rassemble tous les participants pour le repas du soir  . C'est l'occasion pour chacun  d'échanger sur la journée, sur les reins qui font mal, les doigts entaillés... , de prendre des nouvelles des uns et des autres et de renouer ainsi avec une tradition qui exista jusqu'aux environs de 1890 lorsque disparurent les derniers vignerons de Ray sur Saône.

Depuis 2007 au moins, des membres de la famille réalisent des albums photos consacrés aux vendanges; c'est de ceux-ci que sont tirées les photos de ces instants mémorables. 

Sincères remerciements à Philippe Billardey et à Madame!

Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.

Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.

La vigne en Haute Saône ( un territoire de l'intime).

Extrait de la publication de  Sylvain estager, Professeur agrégé de Géographie et Docteur, Université de Lille 1 . 2012

"Des 14 000 hectares de vigne qui couvraient la Haute-Saône au XIXème siècle, il ne demeure officiellement que 147 hectares répartis sur quatre communes du département.

La vigne reste aujourd’hui une composante notable des paysages et des territoires locaux, à travers la pratique viticole d’amateur. Nombreux sont les villages conservant des petites parcelles jardinées qui destinent leur production à une consommation familiale...

Une pratique héritée qui résiste

Origine de la pratique et des savoir-faire

La Haute-Saône conserve de longue date une tradition viticole puissante. Son vignoble connait un apogée spatial au milieu de XIXème siècle. La vigne représente alors la troisième ressource économique du département...

Cependant le vignoble se singularise par l’absence de grands propriétaires : la micropropriété domine un parcellaire très émietté. On retrouve là, une conséquence de la Révolution qui a vu la grande propriété disparaître au profit de la petite propriété familiale. L’offensive des labours et des pâturages , la concurrence apportée par le chemin de fer et l’épisode phylloxérique précipiteront la disparition de la vigne en qualité de culture de première importance...

A la veille de la Grande Guerre la vigne s’inscrit alors pleinement dans une logique d’économie domestique et la plupart des exploitations paysannes entretiennent une vigne qui satisfait la consommation familiale (Estager S., 2008). La vigne produit une trilogie incontournable : vin, piquette et marc sont des productions qui appartiennent dès lors à la tradition paysanne locale...

La vigne perdure donc aujourd’hui sous différentes formes. La plupart de ses mises en œuvre sont dominées  par une logique mémorielle qui renvoie à l’histoire du territoire et de ses acteurs. Elle apparaît sinon comme une réaction aux logiques sociétales de l’époque, au moins comme une résistance ou une permanence qui rattache ceux qui la mettent en œuvre à l’histoire des lieux. "

1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.
1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.
1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.

1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.

La vigne en Haute Saône et dans le Doubs

Robert CHAPUIS. Editions du Belvédère.

"On pourrait s’étonner d’un livre sur la vigne dans le Doubs et en Haute-Saône, deux départements qui n’en comptent plus que 200 ha actuellement. On sera moins surpris si l’on sait que les vignobles de ces deux départements, connus dès le Moyen-Âge, s’étendaient sur 22 000 ha vers 1850, soit dix fois le vignoble actuel du Jura ; la seule commune de Besançon a compté jusqu’à 1 500 ha !

A partir du milieu du XIXe siècle, le sort s’acharne: le mildiou puis surtout le phylloxéra dévastent la vigne et la reconstitution, à peine commencée au début du XIXe siècle, est stoppée par la guerre de 1914-1918 qui emporte de nombreux vignerons et décourage ceux qui reviennent: trouvant une vigne en friche ou en mauvais état, ils préfèrent changer de métier et partir.


On allait ainsi vers une disparition presque totale lorsque, à partir des années soixante-dix, des hommes courageux, comme Henri Guillaume à Charcenne, et des associations enthousiastes à Champlitte et Vuillafans, entreprennent de reconstituer des vignobles. Outre cette reconstitution, le vignoble ancien a laissé des traces notables dans le paysage (murets, murgers, cabordes) ainsi que dans l’urbanisme de nos villes et de nos villages : maisons vigneronnes, demeures de bourgeois vignerons, châteaux comme celui de l’archevêque de Besançon, grand propriétaire de vigne, à Gy.

La vigne s’inscrit donc encore dans le présent et son histoire n’est pas terminée!"

Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.

Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.

Vendanves dans le village voisin de Ferrières les Ray vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain MEY( blog: Bienvenue à Ray sur Saône). Au centre  ses grands parents paternels.

Vendanves dans le village voisin de Ferrières les Ray vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain MEY( blog: Bienvenue à Ray sur Saône). Au centre ses grands parents paternels.

La Renaissance du vignoble Haut Saônois

De nouvelles greffes et de nouveaux plants.

Est Républicain 2014.

"Quand le phylloxéra a envahi la France, certains ont essayé d’injecter du sulfure de carbone dans le sol. D’autres ont noyé leur vigne en espérant tuer les larves de cet insecte ravageur. En Haute-Saône, deux viticulteurs de Charcenne, Albert et Modeste Guillaume, ont préféré prendre le mal à la racine. Patiemment, ils ont appris à greffer les cépages du patrimoine français sur des portes-greffes résistants, importés du Texas et des Appalaches. 120 ans plus tard, Pépinières Guillaume est le deuxième producteur mondial de plants de vigne. L’entreprise en commercialise annuellement plus de 19 millions. Elle compte des filiales en Californie et en Amérique du Sud. Elle fournit les plus grands domaines viticoles du monde : Romanée Conti, Moët-et-Chandon, Château Margaux, sans oublier de prestigieux vignerons italiens, chiliens et australiens.

Toutes ces vignes créées sur mesure sont nées en Haute-Saône. « On est capable de fournir des plants résistant mieux au gel ou à la sécheresse, des plants donnant des raisins plus ou moins gros, plus ou moins colorés. Notre travail repose d’abord sur l’observation. On va dans les vignes un peu avant les vendanges. On repère les plants qui ont des caractéristiques extraordinaires et on les suit pendant trois ans. Si la tendance est confirmée, alors seulement on prélève ces sarments pour leur donner une descendance et éventuellement les croiser avec d’autres. Ensuite, on regarde ce qui se passe pendant six ans. On fait des tests d’immunologie avec un laboratoire qui nous aide à contrôler scientifiquement l’éventuelle apparition de virus ou de maladies. Passés ces contrôles, à peine 20 % de nos essais débouchent sur une commercialisation », explique Pierre-Marie Guillaume".

Pépinières et Chais Guillaume à Charcenne.
Pépinières et Chais Guillaume à Charcenne.

Pépinières et Chais Guillaume à Charcenne.

Le pari du bio...

PASCAL HENRIOT, CHAMPLITTE EN BIO.

VOSGES Matin 2014

"Pascal Henriot s’est installé en 1984 en plantant 3 hectares. Il a aussitôt opté pour le bio. Ses vins sont légers, fruités, moins puissants que les bourguignons. Ils ont leur identité : ce sont des Coteaux de Champlitte.

« Je ne fais pas un travail d’historien mais un travail de vigneron », précise Pascal Henriot. « Je n’ai pas voulu faire du vin de folklore, juste pour maintenir une tradition. L’objectif c’est la qualité. Je fais des vins de cépages : auxerrois, chardonnay, pinot gris pour les blancs, gamay et pinot noir pour les rouges. J’ai également un rosé et une méthode champenoise. Tout en bio. L’histoire, c’est intéressant, mais ce que je veux, c’est en écrire une nouvelle. »

Pascal Henriot produit entre 25 et 30.000 bouteilles suivant les années. Il a le projet d’essayer d’autres cépages pour élargir la gamme. Il a installé ses vignes sur des parcelles assez pentues qui n’étaient pas très intéressantes pour d’autres cultures. En revanche, elles étaient adaptées à la viticulture. « Aujourd’hui, j’ai six hectares », poursuit-il. « Je fais des vins naturels, sans levures ajoutées, et pratiquement sans sulfites. Certains vins n’en contiennent d’ailleurs pas du tout. J’utilise également très peu les fûts. L’élevage s’effectue principalement dans des cuves émaillées. Sans l’apport du bois, les vins sont plus dépouillés. »

Grâce au travail très « nature », les vins offrent tous des arômes francs et agréables. L’auxerrois se distingue par exemple avec des arômes d’agrumes, tandis que le pinot noir tend vers la cerise avec un côté poivré".

Le vignoblr Henriot à Champlitte
Le vignoblr Henriot à Champlitte
Le vignoblr Henriot à Champlitte

Le vignoblr Henriot à Champlitte

Les principaux producteurs de vins en Haute Saône:

 

COTEAUX DE CHAMPLITTE Champlitte

Pascal HENRIOT Champlitte (bio)

Pépinières et Vins GUILLAUME Charcenne

Vincent CHEVIET Bucey les GY

LES COTEAUX D'HUGIER Hugier (bio)

Pour découvrir la vigne "in situ" ont peu se balader sur le "Sentier des pierres " de Champlitte ou encore visiter le Musée de Champlitte... après quoi, la visite d'une cave permettra de se rafraîchir le gosier en dégustant un bon petit vin de terroir...

 

"Si le vin disparaissait de la production humaine, il se ferait dans la santé et dans l'intelligence un vide, une absence plus affreuse que tous les excès dont on le rend coupable".
Charles Baudelaire.

RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.
RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.
RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.

Voir les commentaires

RAY SUR SAÔNE.11- La maison vigneronne de Paule et Raymond LIARD.

1 Avril 2016, 08:18am

Publié par Patrick Mathie

Paule et Raymond LIARD. Collection R.LIARD.

Paule et Raymond LIARD. Collection R.LIARD.

Située au 17 rue du Château, la maison de Paule et Raymond Liard date du milieu du XVIII ème siècle. En face de celle ci se trouve la cuverie et les chais enterrés auxquels on accède par un escalier de pierre dont les marches ont été polies par le temps et  le passage répété des vignerons.

Raymond est un alerte octogénaire dont l'érudition touche des domaines très divers. Formé au Conservatoire National des Arts et Métiers il a travaillé, à Ray sur Saône, dans la génétique avicole avec Alberte Bellini fille d' Ettore Bellini, généticienne, diplômée de l'université de Cambridge.

Ingénieur en structures métalliques d'une grande entreprise haut saônoise ,il  a terminé sa carrière professionnelle comme Directeur Technique, chef des services gérés de la CCI. Raymond a fondé l'accociation "Plaine de Saône"( orientée sur tous les aspects de l'eau de 1996 à 2010). Il s'intéresse -entre autres sujets- à la protection de l'environnement, la permaculture ainsi qu'à  l'énergie libre *.

* "Imaginez, de l’énergie inépuisable et exempte de toute pollution, disponible pour n’importe qui dans le monde, que l’on peut utiliser sur des moteurs, des voitures ou des avions , de l’énergie mécanique qui est empruntée à une source ambiante, invisible et inépuisable dans l'environnement des appareils .Cela peut ressembler à de la science-fiction, mais cela est basé en fait sur des découvertes de Nikola Tesla "vieilles d'un siècle"! (d'après la Presse Galactique.org).

 

Raymond Liard, photo P.Mathie.

Raymond Liard, photo P.Mathie.

Paule, son épouse, joue, aujourd'hui encore, le rôle important de secrétaire de son mari. Elle a donné longtemps des cours de piano et compose des poésies depuis l'adolescence.

Elle est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes et fut membre de la Société des Poètes Français pendant de nombreuses années. Elle composa un recueil de poèmes destinés  aux enfants, que sa petite fille de 10 ans illustra. Paule rédige toujours des poésies dans la tradition classique et en compte aujourd'hui près de trois cents.

Ci dessous un poème de Paule consacré au village de Ray sur Sâone.

Paule LIARD. Poème. Collection Raymond Liard.
Paule LIARD. Poème. Collection Raymond Liard.

Paule LIARD. Poème. Collection Raymond Liard.

 

Une maison vigneronne et bourgeoise.

Paule et Raymond on fait l'acquisition de leur maison en 1974. Elle appartenait à la famille de Marthe Favey, de Vanne, épouse d' Ettore Bellini inventeur du radiogoniomètre. Un des propriétaires précédent, le notaire Verpy, l'avait agrandie et transformée aux environs de 1777.

 

Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.
Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.
Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.
Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.
Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.
Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.

Photos 1, 5, 6 collection privée Raymond Liard. Photos 2 et 3 Patrick Mathie.

C'est grâce à la plaque de cheminée ( ou platine) en fonte que l'on peut dater la construction de la maison en 1736.

L'armorial est d'une facture artistique recherchée: Entre deux "colonnes d'Hercule" surmontées de têtes angéliques 2 scènes sont représentées. Dans la partie supérieure un angelot tenant un brandon dans chaque main domine un dragon qui brûle dans les flammes. La devise, très lisible, dit: " Nous trouvons notre vie ou les autres la mort ". Ici l'allégorie veut magnifier la  vertu face aux forces du mal.

La partie inférieure représente deux angelots se faisant face. L'un semble "faire la cuisine" dans un chaudron sous lequel brûle un feu de bûches, l'autre pourrait tenir une pique, à l'extremité de celle-ci: une torche.

Dans les cartouches situés au pied des deux personnages deux devises rendues illisibles par les flammes du foyer. Seul le mot "veut" est compréhensible. Dans ces deux scènes on peut voir une représentation pragmatique du feu domestiqué qui réchauffe et éclaire.

 

Plaque de cheminée datée 1736 . Collection privée Raymond Liard.
Plaque de cheminée datée 1736 . Collection privée Raymond Liard.
Plaque de cheminée datée 1736 . Collection privée Raymond Liard.

Plaque de cheminée datée 1736 . Collection privée Raymond Liard.

Au rez de chaussée de la partie la plus ancienne de la maison se trouvait un four à pain qui a dû être détruit pour installer la chaufferie.

Un notaire indélicat...

Raymond Liard indique en souriant que le notaire Verpy, acquéreur de la maison en 1777, était un personnage peu scrupuleux qui, après avoir quelque peu bénéficié de la crédulité imprudente des bourgeois de Ray et autre lieux , aurait déguerpi et se serait embarqué pour les Antilles...

Le notaire a ajouté une aile à la maison, construit un escalier extérieur, fait sculpter une niche votive au dessus de la porte  et donné un caractère plus bourgeois à sa demeure en parant les pièces de boiseries ; une porte de communication préservée rappelle ce  lustre d'antan.

Une platine de cheminée, marquée à son chiffre a été récemment découverte par Raymond, dans une dépendance. La facture en est plus grossière que celle de 1736.

La maison accueillait 2 foyers. 

 

 

Photos 1 et 2 collection privée Raymond Liard. Photo 3 Patrick Mathie.
Photos 1 et 2 collection privée Raymond Liard. Photo 3 Patrick Mathie.
Photos 1 et 2 collection privée Raymond Liard. Photo 3 Patrick Mathie.

Photos 1 et 2 collection privée Raymond Liard. Photo 3 Patrick Mathie.

La dépendance viticole

En face de la maison se tient le bâtiment réservé à la viticulture et à l'élévage. Sa structure correspond à celle d'une longère.

A gauche, un logement destiné aux manouvriers

au centre, la porte d'accès aux caves, une remise avec double vantail

à droite, une bergerie dans laquelle s'ouvrait l'alcôve du berger.

La vendange était déversée dans la cuverie par une trappe située  dans le sol pavé, devant les portes de la remise. Dans le cuveau le raisin était foulé au pied. La macération et la fermentation produisait le vin qui était transvasé ensuite dans des fûts ou des tonneaux et mis en bouteilles dans le chais de 12 mètres sur 6.

 

Le bâtiment viticole ( collection privée Raymond Liard) et l'escalier de la cave à vins  ( Patrick Mathie).
Le bâtiment viticole ( collection privée Raymond Liard) et l'escalier de la cave à vins  ( Patrick Mathie).
Le bâtiment viticole ( collection privée Raymond Liard) et l'escalier de la cave à vins  ( Patrick Mathie).

Le bâtiment viticole ( collection privée Raymond Liard) et l'escalier de la cave à vins ( Patrick Mathie).

La cuverie. Le décrochement dans la voûte permettant d'installer une goulotte reliée à la cour.. Un crochet permettant de cnserver les jambns à l'abri des rongeurs; Porte de la cuverie donnant sur la porte du chais. Photos P.Mathie.
La cuverie. Le décrochement dans la voûte permettant d'installer une goulotte reliée à la cour.. Un crochet permettant de cnserver les jambns à l'abri des rongeurs; Porte de la cuverie donnant sur la porte du chais. Photos P.Mathie.
La cuverie. Le décrochement dans la voûte permettant d'installer une goulotte reliée à la cour.. Un crochet permettant de cnserver les jambns à l'abri des rongeurs; Porte de la cuverie donnant sur la porte du chais. Photos P.Mathie.

La cuverie. Le décrochement dans la voûte permettant d'installer une goulotte reliée à la cour.. Un crochet permettant de cnserver les jambns à l'abri des rongeurs; Porte de la cuverie donnant sur la porte du chais. Photos P.Mathie.

Le chais et la resserre à matériel située au bas de l'escalier. Photos Patrick Mathie.
Le chais et la resserre à matériel située au bas de l'escalier. Photos Patrick Mathie.
Le chais et la resserre à matériel située au bas de l'escalier. Photos Patrick Mathie.
Le chais et la resserre à matériel située au bas de l'escalier. Photos Patrick Mathie.
Le chais et la resserre à matériel située au bas de l'escalier. Photos Patrick Mathie.

Le chais et la resserre à matériel située au bas de l'escalier. Photos Patrick Mathie.

Une particularité: la cloche "Pascaline" ...

Actionnée par le visiteur à qui le meilleur accueil sera réservé!

 

 

Merci à Paule et Raymond!

RAY SUR SAÔNE.11- La maison vigneronne de Paule et Raymond LIARD.
RAY SUR SAÔNE.11- La maison vigneronne de Paule et Raymond LIARD.
RAY SUR SAÔNE.11- La maison vigneronne de Paule et Raymond LIARD.

Voir les commentaires