Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA HAUTE SAÔNE ET SES BEAUX VILLAGES

RAY.16- Ettore BELLINI Inventeur du Radiogoniomètre a vécu à Ray sur Saône.

7 Août 2017, 13:32pm

Publié par Patrick Mathie

A Ray, tout le monde connait la maison "Bellini" sur laquelle est apposée une plaque commémorative. Elle est aujourd'hui propriété de Pierre et Marie-Noëlle MATHIEU.

Avant d'évoquer la vie du célèbre physicien italien, il n'est pas inutile de se pencher sur l'origine de la maison qu'il occupa un temps avec son épouse Marthe née Favray.

Pierre et Marie-Noëlle Mathieu ont effectué des recherches sur les propriétaires successifs de leur maison trois fois centenaire. C'est leur document qui nous renseigne aujourd'hui sur cette demeure qui devrait s'appeler "Maison FAGUELIN", du nom de son bâtisseur:

Pour les 300 ans de la maison,en 2002,  Pierre et Marie-Noëlle MATHIEU ont fait implanter dans la cour intérieure de leur maison une réplique de la fontaine de Grandecourt.

Merci à eux pour leur contribution historique!

 

Pour évoquer la vie et le parcours d'Ettore BELLINI donnons, dans un premier temps, la parole à un voisin qui a bien connu la famille: Raymond LIARD:

Bellini Ettore, le grand inventeur méconnu

du « Radiogoniomètre »

Une plaque commémorative sur le mur de la maison de Ray,

au 8 rue du château,

marque son passage

 

Ingénieur français Docteur es sciences et italien né en 1876 à Foligno (Italie) mort  le 17-01-1943 à Ray-sur-Saône (Haute-Saône)

Quelle est son histoire et son rapport avec le village ?

 

(Raymond Liard 88 ans, s’est fait un plaisir de rassembler certains souvenirs de ses 20 ans et me  conter  cette  étonnante aventure authentique et peu connue, qui va amener  Ettore au village de Ray).

 

1-L’histoire débute par une première expérimentation en 1906 sur les falaises de Dieppe.

Le premier système de radiogoniométrie, à titre expérimental et  au sol fut installé par Ettore  Bellini,  lui-même aidé de quelques assistants, sur les falaises de Dieppe. Projet destiné à positionner des bateaux de pêche en détresse, et à alerter les canots de sauvetage en mer les plus proches.

Sur chaque bateau le dispositif  comportait un poste radio, émetteur d’un signal automatique en morse (balise radio fixée sur le mât du bateau et enclenchable en cas de détresse).

Un dispositif au sol, sur la falaise de Dieppe, de deux stations de réception des signaux, distantes de quelques kms. Chaque station comprenait quatre grands mâts d’une grande hauteur, disposés en carré et distants  d’environ un quart de la longueur d’onde d’émission,  soit une cinquantaine de mètres, sur lesquels étaient fixées les antennes de réception des signaux. Chaque descente d’antenne était reliée à un répétiteur de champs électriques goniométrique de son invention, situé sur une table dans la guitoune de  veille au milieu du terrain. Les guitounes de chaque station étaient reliées par téléphone  afin de se communiquer les angles d’azimut du signal maximum reçu.

Epilogue: par simple calcul trigonométrique ou par un tracé sur carte, il était loisible de positionner le bateau en détresse en quelques secondes.

La réalisation fut un succès technique, bien que faisant apparaître de nombreux obstacles dûs tout simplement au choix imposé par l’état des connaissances de l’époque. Cette première a fait l’objet de quelques trouvailles fondamentales, notamment le répétiteur goniométrique de champs électriques; cette réalisation n’a pas eu de suite de développement, si ce n’est une autre orientation de l’invention, à savoir : les balises émettrices seront désormais au sol et les récepteurs embarqués  sur les véhicules. On ne parle jamais de cette première réalisation dans les bibliographies, parce qu’elle fut perçue probablement comme un échec, alors que je la considère comme une étape sur la connaissance appliquée dans le réel…Et puis le séjour à Dieppe fut l’objet d’une rencontre qui marqua son destin, la rencontre de sa future épouse Marthe FAVRAY ou FAVEY.

 

2-Lien d’Ettore Bellini avec Ray sur Saône

Nous sommes vers les années1947. Je me retrouve au coin du feu un soir de fin d’été, auprès de Madame Marthe Bellini dans sa maison de Ray au 8 rue du château. Elle me raconte les difficultés   d’Ettore son mari, dans ses projets de radiogoniométrie,  mais aussi sa rencontre avec le bonheur!*

« J’étais la fille du propriétaire de l’hostellerie du Soleil d’or  à Dieppe  près de la plage, où le jeune ingénieur Ettore Bellini avait pris pension pendant la durée de ses expérimentations". Marthe Bellini, née Favey était native de Vanne (70130), d’une famille de propriétaires de bonne aisance, et possédait plusieurs maisons dont celle de Ray. Les parents  de Marthe émigrèrent à Dieppe pour s’établir hôteliers, en laissant la sœur ainée dans la maison natale de Vanne. Les années passèrent et au décès de ses parents Marthe devint propriétaire de la maison de Ray ; c’est là que toute la famille Bellini passait ses vacances d’été et se replia lors de la guerre de 1940. Ettore Bellini y finit sa vie et fut inhumé dans le cimetière de Ray.

 

*Son mariage avec Ettore fit qu’il opta pour la double nationalité et le couple s’installa en France.

 Marthe Bellini me raconte  que son voyage de noce fut le plus merveilleux et le plus original, car elle suivit son époux sur son lieu de travail « la Mauritanie », 1er navire à être équipé d’un radiogoniomètre expérimental en vue d’une production industrielle, où Ettore tenait à mettre la main à la pâte. «Ma croisière se passa de la passerelle du commandant à la cabine d’honneur des invités. Reçue à la table du commandant avec les personnalités, j’ai voyagé sur toutes les mers du monde, « la Mauritanie »  allant de port en port pour présenter (et vendre) le radiogoniomètre».

 

Je me retrouve dans les années 50 à Ray chez les Bellini pour d’autres projets.

D’après son fils Marcel : Giovanni Agnelli, grand industriel italien PDG de la FIAT, avait fait l’acquisition d’un brevet d’invention de radioguidage  par ondes hertziennes,  qui s’avéra ne pas fonctionner. Ettore Bellini démontra l’impossibilité  du  fonctionnement de l’appareil, mais ce fut le départ de tout un champ de recherches, après ses essais sur les falaises de Dieppe. Il devint l'assistant de Marconi en Angleterre, et son collaborateur dans les premières applications pratiques du radioguidage embarqué sur les bateaux de guerre.

L’arrivée des tubes d’amplification radio et des récepteurs hétérodynes a permis à la radiogoniométrie de faire un bond considérable  en poids et en volume et elle  a pu être installée sur les avions. Dès lors, le succès fut considérable, la qualité et la précision étaient de mise, si bien que les commandants de bord ont exigé la présence des radiogoniomètres en doublage des radars, à bord des avions. Ettore Bellini fut considéré à son époque comme un grand scientifique en France et en Angleterre. Il fut nommé docteur Honoris Causa de l’Académie des Sciences de Paris.

 

Le premier goniomètre Bellini expérimental,  à grand cadre rotatif, à réception directe sans amplification, détection du signal sur radio récepteur à galène, sans aucun apport d’énergie extérieure. Ce prototype s’est trouvé remisé dans le grenier de sa maison de Ray  où j’ai pu le voir en état de marche.

 

 Ce prototype a été légué au Musée National des Arts et Métiers de Paris, par son fils Marcel  dans les années 55 / 60.

 

Revenant d’Afrique en 50, après deux années d’étude radar dans l’armée, j’ai eu de nombreux  entretiens avec son fils Marcel ingénieur  chercheur qui, ayant suivi avec grand intérêt les activités de son père, poursuivait des recherches en vue de perfectionnements de l’appareil, afin de le rendre au goût du jour, concurrentiel au radar qui envahissait le secteur du guidage par ondes électromagnétiques des avions. Ces idées allèrent jusqu’aux dépôts de brevets, mais n’eurent  pas de suites industrielles, l’industrie du  radar étant puissamment financée et en plein développement.

GPS et satellites, stations radar et ses nuisances, pas nécessaires :

Pour ma part, je pense que la radiogoniométrie, utilisant les techniques acquises de ces 50 dernières années, refera surface un jour dans un monde écologique, car le procédé est, sans commune mesure, économe en énergie, tant à la fabrication qu’à l’exploitation.

 

 

 

Documents annexes

Biographie  *Ettore Bellini en langue italienne

Cité comme archive

(NB: d’après les récits de la famille ; certains points sont incohérents- RL)

 

D’après Biographie : https://it.wikipedia.org/wiki/Ettore_Bellini  (en langue italienne)

Traduction :

Alessandro Tosi effectua des recherches sur la directivité des ondes hertziennes. Le projet a été parrainé par Giovanni Agnelli grand industriel italien PDG de FIAT.

Mettant en œuvre les préconisations d’Alessandro Artom, Bellini invente, avec le capitaine Alessandro Tosi de la Royal Navy, le compas azimutal hertzien appelé « Radiogoniomètre »  , outil révolutionnaire pour la navigation, constitué d'une succession de stations d’émissions réparties sur tout le territoire, émettant en continu des signaux électromagnétiques traduits par les instruments à bord des avions et navires, pour donner une position et une direction à partir des stations d’émission par effet trigonométrique. En 1910, le premier système Bellini-Tosi a été installé au bureau de poste français à Boulogne-sur-Mer, puis dans d'autres lieux. Le système Bellini-Tosi était basé sur les MF (ondes de Moyennes Fréquences), et subissait les interférences atmosphériques; sans doute pour cette raison, il fut supplanté par un système plus efficace en 1939 en Australie : le HD Adcock DF Système de radiogoniométrie au sol utilisant le principe en y adjoignant les progrès radioélectriques : des tubes électroniques amplificateurs et l’effet super hétérodyne.

 

*"francisé"en 1918, en témoignage des «services rendus à la France  pendant la grande guerre» et cependant vu son attachement constant italien et à sa ville natale, il a demandé et obtenu que ses enfants soient des citoyens italiens et enregistrés dans le registre d'état civil de la commune de Foligno.

 

L’appareil Bellini-Tosi fréquence moyenne Direction Finder (communément dénommé BT DF) a été le premier système normalisé de navigation radio de l'aviation australienne. Etant un système basé au sol, il avait l'avantage de ne nécessiter aucun équipement radio aéroporté autre qu'un émetteur-récepteur radio standard et non un équipement spécialisé, à la fois grand et lourd.

 

Antécédents scientifiques et techniques.

De Forest et d'autres ont expérimenté les propriétés directionnelles des antennes en boucle dites « à cadre »  dans le début des années 1900. En 1906, le Dr en sciences  Ettore Bellini et le capitaine Tosi produisirent un système de radiogoniométrie qui porte encore leurs noms et qui, en principe, est resté en usage plus de 70 ans. Le développement fut d'abord lent, parce que les récepteurs utilisés « détecteur de cristal de galène» ne permettaient la réception que de faibles signaux, jusqu'à l'introduction des tubes amplificateurs,  qui ont amené à un niveau satisfaisant la sensibilité des récepteurs.

Les droits d’invention dans le système Bellini ont été achetés par la Société Marconi en 1912 et c’est depuis ce moment que le développement de l’invention progressa rapidement.

Le premier navire à être équipé était « la Mauritanie », à bord duquel des expériences réussies ont été effectuées, bien que la limite de la plage d’investigation fût seulement d’une quinzaine de miles.

 

 Le Dictionnaire des Inventeurs et des Inventions - LAROUSSE

 

Goniomètre expérimental Bellini (1907)

 

Erreur : cette photo représente un répétiteur de champs hertzien, utilisé  sur table avec des antennes fixes.(Note RL)  

 

Ettore BELLINI

Ingénieur italien né en 1876 et mort en 1943.

Bellini, Ettore (1876-1943) forme internationale
Nationalité(s) : France
Langue(s) : français
Sexe : masculin
Naissance : 1876, Foligno (Italie)
Mort : 1943-01-17, Ray-sur-Saône (Haute-Saône)

 

Savant d'origine italienne, naturalisé français. - A été ingénieur électricien de la marine italienne (1901). - Un des fondateurs du Radio-club de France (1920). - Inventeur du radiogoniomètre

En collaboration avec le capitaine TOSI, il est l'inventeur du radiogoniomètre, appareil constitué de deux cadres croisés dans deux plans orthogonaux et qui permet de localiser la direction d'un émetteur de radio. (Erreur, voir le récit RL) 

En 1906, Bellini accompagné du commandant de la Marine Italienne Alessandro Tosi vient en France procéder à des recherches sur la directivité des ondes Hertziennes (projet patronnée par Giovanni Agnelli de la FIAT et appuyé par le gouvernement français).

Trois sites sont retenus pour les essais : Dieppe, Barfleur et Le Havre.

Le commandant Tosi sera chargé du Havre, l’ingénieur Bellini de Dieppe.

L'équipe Bellini prendra pension à l’hôtel de la plage à Dieppe, puis plus tard au Soleil d’Or, au bas de la rue Gambetta.

En 1909, Bellini épousa la fille du propriétaire de l’hôtel du Soleil d’Or.

Ingénieur et inventeur italien. Il a étudié l'ingénierie à l'Université de Naples, et en 1901 a travaillé  comme ingénieur de recherche en électricité de la Marine royale italienne. En 1906, il est devenu responsable du "Laboratorio elettrico navale" à Venise, où il était chargé de recherche sur les applications des ondes radio aux navires de guerre et sous-marins. Il est devenu un élève et l'assistant à Guglielmo Marconi et plus tard son collaborateur dans les premières applications pratiques de la télégraphie sans fil. En 1906, Bellini a été envoyée en France avec le capitaine Alessandro Tosi de la Marine royale italienne pour faire une recherche à propos de la propagation des ondes hertziennes, projet qui a été parrainé par Giovanni Agnelli et sa compagnie la Fiat. Au cours de ces voyages, il rencontra et épousa une femme française et après le mariage est installé en France. En 1910, Ettore Bellini avec Alessandro Tosi a inventé le goniomètre radio, un appareil révolutionnaire pour trouver la direction à une source radio, constitué d'un réseau d'antennes et stations réparties sur tout le territoire qui émettent des signaux électromagnétiques en permanence traduits par des instruments à bord d'avions et navires pour donner la position et la direction de la station d'émission. (Biographie par: Ruggiero) source :

http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=95754798

Raymond LIARD 2016

 

BELLINI  (à gauche) et TOSI

Dans un second temps nous tenterons d'approcher le personnage par des éléments biographiques collationnés à partir de diverses sources. 

Signature d'Ettore BELLINI  sur l'acte de naissance de sa fille Alberte Isa Vincente. Ville de Dieppe.

Ettore BELLINI à Boulogne.

Paradoxalement on ne trouve que très peu de photographies d'Ettore BELLINI et les informations que nous avons sur lui sont fragmentaires. Dans sa ville natale de FOLIGNO en Ombrie, près de Rome, aucune trace visible ni hommage rendu à ce savant qui a créé un système de repérage : la radiogoniométrie. Et pourtant, pour marquer son attachement à son pays natal l'Italie, il avait demandé et obtenu que les actes de naissances de ses deux enfants Alberte et Marcel nés à Dieppe soient transposés sur l'état civil de FOLIGNO comme s'ils y étaient nés et obtiennent la double nationalité. 

On peut regretter également que Ray sur Saône n'ait pas encore pensé à honorer sa mémoire en donnant son nom à une rue du village! La rue du Château qui passe devant "sa" maison pourrait être rebaptisée "Rue Ettore BELLINI" sur une partie de son tracé, depuis la fontaine Place Gabrielle de Salverte jusqu'au calvaire situé à mi hauteur de la côte. En 2018  cela fera 75 ans qu'Ettore BELLINI est décédé... ne serait-ce pas l'occasion?

 

Ettore BELLINI est né en Italie à FOLIGNO, de Domenico BELLINI et  Vincente GALLIGARI  le 19 avril 1876.

 

Le village de FOLIGNO Italie

Foligno est une ville italienne d'environ 57 700 habitants, située dans la province de Pérouse, dans la région Ombrie, en Italie centrale.

 

En 1472, à Foligno, il a été imprimé par Johannes Numeister et Evangelista Mei le premier livre en langue italienne: la Divine Comédie de Dante.

Premier livre en langue italienne imprimé à Foligno: la Divine Comédie de Dante.

En 1762, à Foligno, il a été imprimé la première édition de l'almanach Barbanera:

 

Mais le plus grand trésor de la ville dû à la piété et à l'amour de l'art d'un habitant fut la Madone de Foligno peinte par Raphaël en 1511:

Raffaello Sanzio (1483-1520) Madone de Foligno 1511-1512, peinture grasse a tempera sur bois transférée sur toile, 308 x 198 cm. Coll. musées du Vatican, Cité du Vatican

Sigismondo de'Conti est représenté agenouillé et en prière à la droite du tableau.

"Durant dix-neuf ans, de I797 à 1816, La Madone de Foligno, le premier tableau d’autel que Raphaël ait peint à Rome et l’un de ses chefs-d’œuvre les plus admirés, a été l’une des icônes laïques du Louvre. L’armée du Directoire l’avait expédiée à Paris, avec tous les chefs-d’œuvres antiques et modernes saisis conformément aux clauses du traité de Tolentino. Peinte sur bois, cette commande de Sigismondo de’ Conti, natif de Foligno, secrétaire de Jules II, avait trôné pendant une quinzaine d’années, de 1511 à 1535, sur le maître-autel de SainteMarie d’Aracoeli au pied duquel ce prélat avait souhaité être enseveli. L’œuvre de Raphaël fut ensuite transportée, peut-être avec la dépouille de son commanditaire, dans l’église SainteAnne du monastère des comtesses de Foligno, petite ville d’Ombrie. C’est là que les envoyés de Bonaparte, bien conseillés par le peintre Jean Baptiste Wicar, élève de David, la trouvèrent et s’en emparèrent, en 1797".

Ref: http://www.amisdulouvre.fr/

On pourrait penser que cet environnement artistique et religieux aurait  conduit Ettore à embrasser une profession en rapport, mais il n'en fut rien et c'est vers les sciences et en particulier la Physique q'il dirigea ses pas!

 

"Après avoir terminé ses études d'ingénieur à l' ' Université de Naples , en 1901 , il a été employé comme ingénieur électricien de la Marine royale italienne , et en 1906 est devenu chef du « Laboratoire électrique navale » à Venise où il était responsable de la recherche sur les ondes radio et l' application à la marine de surface et aux sous marins.

Il est devenu alors étudiant et assistant Guglielmo Marconi , puis son collaborateur dans les premières applications pratiques de la télégraphie sans fil. Il suivit le grand scientifique en France et en Angleterre . 

Guglielmo Marconi

En 1906, il fut envoyé en France aux côtés d' Alessandro Tosi pour effectuer des recherches sur la directionnalité des ondes hertziennes. Le projet a été parrainé par Giovanni Agnelli et la FIAT " ref: Wikipedia Italia

 

 

Abordons maintenant les aspects de la vie professionnelle en France d'Ettore et de sa vie personnelle. Tout commence à DIEPPE comme l'indique  Thierry BRESSOL dans un Mémoire:

Bellini et Tosi à Dieppe en 1906 :

par THIERRY BRESSOL *

* Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991) 

"C’est fort mal connu sauf sur place, la mise au point de la Radio-Goniomètrie fut effectuée à Dieppe.
(et encore, la plus grande partie des dieppois l’ignore en dehors du quartier et du petit milieu des marins dieppois)
 
 L’ingénieur Etorre Bellini et le commandant Alexandro Tosi de la Marine Italienne furent envoyés en mission en France, sous le patronage de Fiat et de son patron Giovanni Agnelli. En effet, les falaises du Pays Cauchois entre Dieppe et Le Havre se prêtaient fort bien à ce genre d’essais radioélectriques.

Il est fort mal connu aussi que la Normandie à commencer par le pays Cauchois (pour simplifier le "triangle" entre Rouen Dieppe et Le Havre) est l’un des quelques hauts lieux de l’histoire ancienne de la Radio.

 Trois postes de T.S.F expérimentaux furent installés, un au Havre, l’autre à Barfleur et un à Dieppe, avec l’accord du Gouvernement Français. Le commandant Tosi fut chargé du Havre et l’ingénieur Bellini de Dieppe. 
 Ce dernier s’installa à l’hôtel de la plage d’abord, puis plus tard au Soleil d’Or en bas de la rue Gambetta, une petite rue donnant en bas de la Route de Rouen non loin du palais de justice. 
 Comme c’était non loin de chez moi rue des Fontaines, j’ai bien connu le patron du café-restaurant-auberge en question, il était fier de sa famille qui participa ainsi à l’expérience à l’époque. 
 En effet on en parlait encore dans le quartier en 1982, c’est d’ailleurs pour cela que je le sais et l’évoque ici aujourd’hui
.

 

 

 

"Après de longs mois de tâtonnements, de calculs, d’essais, les recherches entreprises depuis 1906 ont abouti en 1907. Jour après jour, on peut lire dans les notes du poste d’essais de Dieppe toutes les étapes techniques de l’invention. Notes conservées au centre radio des armées du Mt Valérien à Paris. 
 Ce poste fut installé dans un pré sur les hauteurs de la route de Pourville. Un modeste bâtiment de bois, au bord d’un boqueteau d’arbres. Ce qui attirait l’attention du promeneur, c’était le mât de 20 mètres de haut d’où partait un fort réseau de fils d’antenne. 
Les installations de Pourville subsisteront jusqu'en 1914, date à laquelle le matériel sera réquisitionné pour cause de guerre.

A l'entrée du port de DIEPPE fut installé un poste radio dont on voit la cabane et les antennes à gauche.
 On peut dater la découverte du principe du Radio-Goniomètre au 6 mai 1907, où elle se trouve décrite.

Dans les mois qui précèdent cette annonce, Bellini cherchait un nom pour le dispositif pressenti. Ce fut d’abord « Le Radio-Clinomètre » puis plus tard, le 11 juillet le « Le Radio-Goniomètre ».
A l’époque, dans les milieux scientifiques comme dans l’industrie de la T.S.F. l’invention fut plutôt connue comme « Le Compas Azimutal Hertzien Bellini-Tossi » ou encore « boussole Herzienne ».
La découverte de Dieppe fit du bruit dans le milieu maritime comme un appareil qui améliorait la sécurité en mer.

 

BELLINI...UN JOYEUX FÊTARD?

En 1909, M. Bellini épousa la fille du propriétaire de l’hôtel du Soleil d’Or. Je dois ajouter ici que le Cdt Tosi et Bellini comme tous les grands travailleurs, ne faisaient pas que travailler. Tous les deux étaient de joyeux fêtards et quelques fiestas dans le quartier à l’époque lorsque Tosi venait du Havre, sont restées dans toutes les mémoires. Ils avaient aussi une forte tendance à faire la "chasse aux jeunes femmes" et cela n’a pas toujours su plaire à tout le monde".

                                                                                        Thierry BRESSOL

...délaissant les turpitudes amoureuses qui compensaient sans doute l'intense activité intellectuelle qu'il mettait en oeuvre quotidiennement avec son compagnon Tosi afin de développer leur invention, le trentenaire décida semble-t-il de s'acheter une conduite et de se "caser"! Il jeta son dévolu sur la fille des propriétaires de l'Hotel du Soleil d'Or de Dieppe où il prenait pension: Marthe Julia Favray dont la famille était originaire de Vanne et possédait la maison de Ray sur Saône.

Le mariage eut lieu à Paris, dans le 1er arrondissement, le 29.09.1908.

Acte de mariage d' Ettore ( Hector) BELLINI et de Marthe Julia FAVRAY .

Mairie du 1er arrondissement de Paris.

L'acte de mariage nous donne quelques compléments d'informations supplémentaires:

Le père d'Ettore est professeur et vit à Naples en 1908. Quant à Ettore lui même il vit à Paris 4,rue du 29 juillet et "avant, à Dieppe". Un "certificat de coutume" délivré par l'ambassade d'Italie le dispense de la représentation de ses parents lors du mariage.

Marthe Favray est bien native de Ray sur Saône. Son père Paul Jean Charles Favray est décédé. Elle vit à Dieppe, 2 rue Gambetta, avec sa mère Anne-Pierre Oréline BOCK qui a pour profession maîtresse d'Hôtel ( Soleil d'Or). Un contrat de mariage a été fait par devant notaire.Maître CHEVALLOT à Ouville la Rivière en Seine inférieure.

Les témoins:

Alexandre ( Alessandro) TOSI 41 ans, officier de marine. 4 rue du 29 Juillet Paris

Anaïs FAVRAY, soeur de l'épouse, 41ans, sans profession. domiciliée à Dieppe

Albert de SAINT BLAIR 70 ans, avenue des Ternes Paris

Lucien BLAIN 58 ans, Avocat, chevalier de la Légion d'Honneur, 8 quai de la Mégisserie Paris

Oréline BOCK, mère de Marthe Favray

 

La famille Favray, sans doute fortunée et avisée, avait choisi de se lancer dans l'exploitation d'un grand hôtel sur la côte normande au moment où le tourisme bourgeois se développait en France en se début du XXème siècle. Bourgeois est sans doute le terme qui pourrait qualifier aussi l'état d'esprit des tenanciers de l'Hotel du soleil d'Or de Dieppe: sollicités par la Mairie de Ray qui souhaitait louer leur maison pour y installer une école ils avaient alors répondu d'une manière condescendante et dédaigneuse vis à vis du village, de son maire GRILLOT et de ses habitants:

 

ADHS 70

" Comme jamais nous ne pourrions maintenant nous faire à l'existence si triste que l'on y a dans ce pauvre Ray"!

...Nonobstant la faute de syntaxe, ces propos traduisent le mépris que des gens "arrivés" peuvent parfois porter à leur ancien lieu de vie! Les parents Favray étaient manifestement et malheureusement de ceux là!

 

Deux enfants au Foyer d'Ettore et de Marthe à Dieppe:

La première à naître fut Alberte Isa Vincente:

Après des études de génétique à Cambridge (Angleterre) et de retour à Ray sur Saône, elle créa avec Raymond et Paule LIARD un élevage de poussins sélectionnés de renommée internationale

Alberte BELLINI

Paule et Olivier LIARD, Alberte BELLINI, Raymond LIARD

L'élevage de poussins sélectionnés à Ray

La concurrence ( déloyale) américaine dans le domaine de l'élevage contraignit l'équipe à cesser ses activités. Alberte trouva alors un poste de documentaliste bilingue dans un Institut de la région de Toulouse. Elle se maria sur le tard le 17  avril 1975, à Toulouse, avec René HETREUX.

C'est en 1913 que naquit Marcel:

Il est à noter qu'au moment de la naissance il est indiqué que la résidence de la maman était à Enghien les Bains...

Marcel, comme l'indique Raymond LIARD, fit des études et tenta de développer les inventions de son père en déposant à son tour des brevets, mais sans résultat. Il joua un rôle d'intendant au Château de Ray où il s'occupait de la gestion des forêts du Domaine. Son acte de décès  en 1986, à la mairie de Ray, indique qu'il est retraité et célibataire.

 

à suivre...

Voir les commentaires