Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA HAUTE SAÔNE ET SES BEAUX VILLAGES

RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.

6 Avril 2016, 08:39am

Publié par Patrick Mathie

En Haute Saône on connaît principalement les vins de Champlitte ou de Charcenne dont la production résulte de la plantation de nouveaux cépages sur des terroirs viticoles autrefois touchés par le phylloxéra. Mais d'autres territoires, moins connus tels les Coteaux d'Hugier ou Bucey les Gy, renaissent depuis les années 90 en produisant des vins biologiques.

Ray sur Saône, au pied de son château ancestral, fut lui aussi un village planté de vignes et producteur de vin. Les témoins de ce passé viticole, outre la maison vigneronne de Paule et Raymond LIARD, peuvent être retrouvés dans les archives départementales et dans une monographie de 1904, rédigée par l'Abbé Dallet, exhumée et transcrite en 1979 par le jeuneThierry GIRARDOT. Ce dernier document m'a été confié par Raymond LIARD.

Raisins sur une vigne en espalier à Ray.

Raisins sur une vigne en espalier à Ray.

Un territoire viticole figurant sur l'ancien cadastre napoléonien.

 

Le cadastre napoléonien met en évidence une toponymie liée à la culture de la vigne, principalement au sud du château, sur les coteaux des Renvers. Un sol propice, des terres en pente, une bonne exposition au soleil constituaient les conditions favorables à la production de vin.

1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.
1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour,  vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.

1 Plan général de la commune de Ray au Cadastre napoléonien. 2 la Grande vigne, vigne de la Cour, vigne Sainte Anne. 3 Sur les Vignes de Ferrières. 4 Vignes des Ranges. 5 Vigne du Haut et Vigne Blanche.

La monographie de l'abbé Dallet, transcrite par Thierry Girardot, nous renseigne sur le territoire viticole de Ray.

D'après l'arpentement général* de 1681, la surface des vignes  était de 79 ha 38 a sur une superficie totale de 255 ha 70a soumise à l'impôt. Il est à noter que les vignes seigneuriales ne figuraient pas dans le calcul. On peut donc imaginer que la surface totale des vignes avoisinait la centaine d'hectares.

Les recensements culturaux de 1887 et 1904 présentent les rendements moyens des différentes productions agricoles dont la vigne.

 En 200 ans la superficie de la vigne a été divisée par 10. Il est vrai que le phylloxera et autres maladies de la vigne ont décimé les plans et sans doute découragé bon nombre de vignerons qui se sont tournés vers d'autres productions ou ont quitté le village.

Le rendement moyen des vignobles a été multiplié par 3 en 17 ans. On peut y voir l'influence de l'amélioration des terres et des façons culturales par l'amendement.

*• Registre d'arpentement: Registre sur lequel est effectué le recensement et l'estimation de la valeur fiscale des différentes parcelles de terres du village par propriétaire, en vue de la répartition des impôts fonciers de la communauté d'habitants. Le seigneur, propriétaire foncier le plus important apparaît en premier. • Terrier: Registre contenant la description des terres (domaine direct ou réserve) et censives (tenures) dépendant d'un seigneur, ainsi que les redevances dues, les services à rendre, les usages locaux. Il devait en principe être renouvelé tous les vingt ou trente ans et son existence fut supprimée par une loi de mars 1790

 

Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.
Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.
Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.

Extrait de la transcription de la monographie de l'Abbé Dallet .1 Exemple d'arpentement de la Grange de Varigney en 1708. 2 Les superficies territoriales. 3 Les rendements de 1887 et 1904.

Les familles vigneronnes à Ray sur Saône.

Les recensement de population des archives départementales permet se suivre l'évolution de la population du village de Ray. Grâce à l'indication des métiers des personnes composant la famille ont peut établir la liste des ménages de vignerons ( et de tonneliers) en 1881,1886, 1891. L'étude démontre la constante décroissance de la culture de la vigne dans la commune.

La moyenne d'âge des vignerons est très élevée. Certains même dépassent allègrement les 70 ans et son bien répertoriés comme vignerons et non comme vignerons en retraite.

En 1881 sur une population de 440 habitants 7 ménages comprenant 19 personnes vivent de la vigne.

En 1885  sur une population constante on dénombre 10 ménages représentant 25 personnes.

En 1891 seuls 2 ménages , soient 4 personnes ,sont des vignerons.

Le recensement de 1896 montre qu'il n'y a plus aucune personne vivant directement de la vigne à Ray.

 

1Tableau de l'évolution des ménages de vignerons de 1881 à 1891 d'après le recensement de population des Archives départementales 70. 2 Extrait du recensement de 1881 Archives départementales 70.
1Tableau de l'évolution des ménages de vignerons de 1881 à 1891 d'après le recensement de population des Archives départementales 70. 2 Extrait du recensement de 1881 Archives départementales 70.

1Tableau de l'évolution des ménages de vignerons de 1881 à 1891 d'après le recensement de population des Archives départementales 70. 2 Extrait du recensement de 1881 Archives départementales 70.

Les vins de Ray.

Le cépage d'origine des vins de Ray pourrait être le Franc Noir, typique en Haute Saône . On pense également au Noah hybride de 1896 qui fut interdit en 1935. Aujourd'hui encore on trouve ce dernier chez des particuliers établi en treilles. Le lien entre noah et « vin qui rend fou » ou « qui rend aveugle » est actuellement encore bien présent dans la culture du monde rural de nombreuses régions vinicoles françaises!

Quoiqu'il en soit Raymond LIARD souligne la qualité de ce vin d'antan:                  " Gabrielle de Salverte, maire de Ray à l'époque , propriétaire du château" -et dont les nobles ancêtres  possédaient quelques dizaines d'hectares de vignes- "m'avait indiqué que les vins de Ray étaient appréciés à la table des Rois de France sous le règne de LouisXV et de Louis XVI".

La cuverie du château de Ray ou était vinifié le raisin des vignes des Comtes et Duc. Une date gravée à la droite d'une porte d'accès indique 1770. Elle contient aujourd'hui les pompes hydrauliques qui amènent l'eau au château.
La cuverie du château de Ray ou était vinifié le raisin des vignes des Comtes et Duc. Une date gravée à la droite d'une porte d'accès indique 1770. Elle contient aujourd'hui les pompes hydrauliques qui amènent l'eau au château.

La cuverie du château de Ray ou était vinifié le raisin des vignes des Comtes et Duc. Une date gravée à la droite d'une porte d'accès indique 1770. Elle contient aujourd'hui les pompes hydrauliques qui amènent l'eau au château.

Vendanges" en famille" à Ferrière les Ray, vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain Mey ( Blog: Bienvenue à Ray sur Saône) . Au centre ses grands parents paternels.

Vendanges" en famille" à Ferrière les Ray, vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain Mey ( Blog: Bienvenue à Ray sur Saône) . Au centre ses grands parents paternels.

 La vigne aujourd'hui à Ray.

La tradition viticole est vivace en Haute Saône. C'est le cas à Ray où deux familles (Billardey Philippe et THIRION Colette) ont relancé la plantation de ceps sur des terrains  autrefois viticoles. Certes, les superficies n'ont aucun rapport avec celles du XVIIIème siècle, mais ces quelques dizaines d'ares  perpétuent la tradition.

Raymond LIARD, dont la propriété est située sur des terres à vignes, a élaboré un projet en collaboration avec son fils et  un résidant allemand négociant en vin. Le contrat prévoyait la plantation de 2000 pieds de vignes, la récolte et la vinification, ceci en agriculture biologique. Malheureusement le retour en Allemagne du commerçant a figé le projet. Raymond pourrait le relancer avec un autre intervenant qui souhaiterait le contacter...

La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.
La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5  parcelle vers l'Eglise. 6 à 8  parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.

La vigne aujourd'hui à Ray:1 à 5 parcelle vers l'Eglise. 6 à 8 parcelle, vignes Sainte Anne.9 Terrain Raymond LIARD.

Les vendanges en famille de Philippe Billardey.

Philippe, agriculteur- éleveur en retraite, a replanté la vigne  il y a une dizaine d'années dans la parcelle dite des Fontenelles. Les cépages  choisis ont été fournis par les pépinières Guillaume de Charcenne qui exportent des greffons dans le monde entier. Tous ces plants ne nécessitent aucun traitement particulier, c'est dire que les raisins et les  vins produits sont sains!

Les variétés :

Raisin "blanc":

- Noah blanc

- cep Villars

Raisin "noir":

- Oberlin

- Léon Millot

- Kuhlman

- Maréchal Foch

Chaque année, en septembre, la famille, aidée par des amis se retrouve pour participer aux vendanges.

L'ouverture des travaux est annoncée par l'ancienne "garde champêtre" de Ray après un roulement de tambour puissant, propre à requérir toute l'attention des vendangeurs, petits et grands!

 Les grappes sont triées avant d'être déversées dans les grosses seilles juchées sur la remorque à plateau. Ici point de hotte ou de brante, les vendangeurs utilisent de robustes seaux pour transporter leur cueillette.

Les seilles remplies, le convoi se dirige joyeusement vers la maison dans la grand rue du village. 

Une grande tablée dressée dans la grange, rassemble tous les participants pour le repas du soir  . C'est l'occasion pour chacun  d'échanger sur la journée, sur les reins qui font mal, les doigts entaillés... , de prendre des nouvelles des uns et des autres et de renouer ainsi avec une tradition qui exista jusqu'aux environs de 1890 lorsque disparurent les derniers vignerons de Ray sur Saône.

Depuis 2007 au moins, des membres de la famille réalisent des albums photos consacrés aux vendanges; c'est de ceux-ci que sont tirées les photos de ces instants mémorables. 

Sincères remerciements à Philippe Billardey et à Madame!

Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.
Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.

Albums photos Vendanges de 2007 à 2015. Collection particulière Philippe Billardey et famille.

La vigne en Haute Saône ( un territoire de l'intime).

Extrait de la publication de  Sylvain estager, Professeur agrégé de Géographie et Docteur, Université de Lille 1 . 2012

"Des 14 000 hectares de vigne qui couvraient la Haute-Saône au XIXème siècle, il ne demeure officiellement que 147 hectares répartis sur quatre communes du département.

La vigne reste aujourd’hui une composante notable des paysages et des territoires locaux, à travers la pratique viticole d’amateur. Nombreux sont les villages conservant des petites parcelles jardinées qui destinent leur production à une consommation familiale...

Une pratique héritée qui résiste

Origine de la pratique et des savoir-faire

La Haute-Saône conserve de longue date une tradition viticole puissante. Son vignoble connait un apogée spatial au milieu de XIXème siècle. La vigne représente alors la troisième ressource économique du département...

Cependant le vignoble se singularise par l’absence de grands propriétaires : la micropropriété domine un parcellaire très émietté. On retrouve là, une conséquence de la Révolution qui a vu la grande propriété disparaître au profit de la petite propriété familiale. L’offensive des labours et des pâturages , la concurrence apportée par le chemin de fer et l’épisode phylloxérique précipiteront la disparition de la vigne en qualité de culture de première importance...

A la veille de la Grande Guerre la vigne s’inscrit alors pleinement dans une logique d’économie domestique et la plupart des exploitations paysannes entretiennent une vigne qui satisfait la consommation familiale (Estager S., 2008). La vigne produit une trilogie incontournable : vin, piquette et marc sont des productions qui appartiennent dès lors à la tradition paysanne locale...

La vigne perdure donc aujourd’hui sous différentes formes. La plupart de ses mises en œuvre sont dominées  par une logique mémorielle qui renvoie à l’histoire du territoire et de ses acteurs. Elle apparaît sinon comme une réaction aux logiques sociétales de l’époque, au moins comme une résistance ou une permanence qui rattache ceux qui la mettent en œuvre à l’histoire des lieux. "

1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.
1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.
1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.

1Ce village d’une quarantaine d’habitants est considéré comme complètement a-viticole par les satistiques agricoles. Il demeure pourtant une dizaine de petites parcelles d’amateurs disséminées sur le finage communal, aux abords du noyau villageois dominé par une architecture vigneronne, qui abrite de nombreuses constructions viticoles. 2 carte du vignoble. 3 Procession de la Saint Vincent à Champlitte.

La vigne en Haute Saône et dans le Doubs

Robert CHAPUIS. Editions du Belvédère.

"On pourrait s’étonner d’un livre sur la vigne dans le Doubs et en Haute-Saône, deux départements qui n’en comptent plus que 200 ha actuellement. On sera moins surpris si l’on sait que les vignobles de ces deux départements, connus dès le Moyen-Âge, s’étendaient sur 22 000 ha vers 1850, soit dix fois le vignoble actuel du Jura ; la seule commune de Besançon a compté jusqu’à 1 500 ha !

A partir du milieu du XIXe siècle, le sort s’acharne: le mildiou puis surtout le phylloxéra dévastent la vigne et la reconstitution, à peine commencée au début du XIXe siècle, est stoppée par la guerre de 1914-1918 qui emporte de nombreux vignerons et décourage ceux qui reviennent: trouvant une vigne en friche ou en mauvais état, ils préfèrent changer de métier et partir.


On allait ainsi vers une disparition presque totale lorsque, à partir des années soixante-dix, des hommes courageux, comme Henri Guillaume à Charcenne, et des associations enthousiastes à Champlitte et Vuillafans, entreprennent de reconstituer des vignobles. Outre cette reconstitution, le vignoble ancien a laissé des traces notables dans le paysage (murets, murgers, cabordes) ainsi que dans l’urbanisme de nos villes et de nos villages : maisons vigneronnes, demeures de bourgeois vignerons, châteaux comme celui de l’archevêque de Besançon, grand propriétaire de vigne, à Gy.

La vigne s’inscrit donc encore dans le présent et son histoire n’est pas terminée!"

Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.
Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.

Livre de Robert Chapuis. CPA vignes et vendanges en Haute Saône.

Vendanves dans le village voisin de Ferrières les Ray vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain MEY( blog: Bienvenue à Ray sur Saône). Au centre  ses grands parents paternels.

Vendanves dans le village voisin de Ferrières les Ray vers 1930. Photo aimablement transmise par Alain MEY( blog: Bienvenue à Ray sur Saône). Au centre ses grands parents paternels.

La Renaissance du vignoble Haut Saônois

De nouvelles greffes et de nouveaux plants.

Est Républicain 2014.

"Quand le phylloxéra a envahi la France, certains ont essayé d’injecter du sulfure de carbone dans le sol. D’autres ont noyé leur vigne en espérant tuer les larves de cet insecte ravageur. En Haute-Saône, deux viticulteurs de Charcenne, Albert et Modeste Guillaume, ont préféré prendre le mal à la racine. Patiemment, ils ont appris à greffer les cépages du patrimoine français sur des portes-greffes résistants, importés du Texas et des Appalaches. 120 ans plus tard, Pépinières Guillaume est le deuxième producteur mondial de plants de vigne. L’entreprise en commercialise annuellement plus de 19 millions. Elle compte des filiales en Californie et en Amérique du Sud. Elle fournit les plus grands domaines viticoles du monde : Romanée Conti, Moët-et-Chandon, Château Margaux, sans oublier de prestigieux vignerons italiens, chiliens et australiens.

Toutes ces vignes créées sur mesure sont nées en Haute-Saône. « On est capable de fournir des plants résistant mieux au gel ou à la sécheresse, des plants donnant des raisins plus ou moins gros, plus ou moins colorés. Notre travail repose d’abord sur l’observation. On va dans les vignes un peu avant les vendanges. On repère les plants qui ont des caractéristiques extraordinaires et on les suit pendant trois ans. Si la tendance est confirmée, alors seulement on prélève ces sarments pour leur donner une descendance et éventuellement les croiser avec d’autres. Ensuite, on regarde ce qui se passe pendant six ans. On fait des tests d’immunologie avec un laboratoire qui nous aide à contrôler scientifiquement l’éventuelle apparition de virus ou de maladies. Passés ces contrôles, à peine 20 % de nos essais débouchent sur une commercialisation », explique Pierre-Marie Guillaume".

Pépinières et Chais Guillaume à Charcenne.
Pépinières et Chais Guillaume à Charcenne.

Pépinières et Chais Guillaume à Charcenne.

Le pari du bio...

PASCAL HENRIOT, CHAMPLITTE EN BIO.

VOSGES Matin 2014

"Pascal Henriot s’est installé en 1984 en plantant 3 hectares. Il a aussitôt opté pour le bio. Ses vins sont légers, fruités, moins puissants que les bourguignons. Ils ont leur identité : ce sont des Coteaux de Champlitte.

« Je ne fais pas un travail d’historien mais un travail de vigneron », précise Pascal Henriot. « Je n’ai pas voulu faire du vin de folklore, juste pour maintenir une tradition. L’objectif c’est la qualité. Je fais des vins de cépages : auxerrois, chardonnay, pinot gris pour les blancs, gamay et pinot noir pour les rouges. J’ai également un rosé et une méthode champenoise. Tout en bio. L’histoire, c’est intéressant, mais ce que je veux, c’est en écrire une nouvelle. »

Pascal Henriot produit entre 25 et 30.000 bouteilles suivant les années. Il a le projet d’essayer d’autres cépages pour élargir la gamme. Il a installé ses vignes sur des parcelles assez pentues qui n’étaient pas très intéressantes pour d’autres cultures. En revanche, elles étaient adaptées à la viticulture. « Aujourd’hui, j’ai six hectares », poursuit-il. « Je fais des vins naturels, sans levures ajoutées, et pratiquement sans sulfites. Certains vins n’en contiennent d’ailleurs pas du tout. J’utilise également très peu les fûts. L’élevage s’effectue principalement dans des cuves émaillées. Sans l’apport du bois, les vins sont plus dépouillés. »

Grâce au travail très « nature », les vins offrent tous des arômes francs et agréables. L’auxerrois se distingue par exemple avec des arômes d’agrumes, tandis que le pinot noir tend vers la cerise avec un côté poivré".

Le vignoblr Henriot à Champlitte
Le vignoblr Henriot à Champlitte
Le vignoblr Henriot à Champlitte

Le vignoblr Henriot à Champlitte

Les principaux producteurs de vins en Haute Saône:

 

COTEAUX DE CHAMPLITTE Champlitte

Pascal HENRIOT Champlitte (bio)

Pépinières et Vins GUILLAUME Charcenne

Vincent CHEVIET Bucey les GY

LES COTEAUX D'HUGIER Hugier (bio)

Pour découvrir la vigne "in situ" ont peu se balader sur le "Sentier des pierres " de Champlitte ou encore visiter le Musée de Champlitte... après quoi, la visite d'une cave permettra de se rafraîchir le gosier en dégustant un bon petit vin de terroir...

 

"Si le vin disparaissait de la production humaine, il se ferait dans la santé et dans l'intelligence un vide, une absence plus affreuse que tous les excès dont on le rend coupable".
Charles Baudelaire.

RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.
RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.
RAY SUR SAONE.12- Au temps de la vigne.

Commenter cet article