Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA HAUTE SAÔNE ET SES BEAUX VILLAGES

RAY SUR SAÔNE.10- Croix, enclos et marques religieuses

14 Mars 2016, 09:19am

Publié par Patrick Mathie

En parcourant le territoire communal on rencontre de nombreuses croix de pierre qui rappellent l'appartenance de la baronnie de Ray au monde chrétien et catholique. D'autres témoins plus discrets telles de petites statues sont incluses dans les murs des maisons paysannes, vigneronnes ou bourgeoises.Elles se veulent constituer une protection divine sur les gens, les animaux et les biens.

Avant d'en faire l'inventaire intéressons nous à la signification de  ces signes religieux.

 

"La Croix, instrument de supplice réservé aux criminels, était un objet d’horreur dans le monde romain, et ne pouvait donc pas représenter le Sauveur sans l'offenser. On préfèra d'autres symboles, comme l'Agneau, la Colombe, le Poisson, etc. Ce n'est qu'après l'Edit de Milan rédigé en 313 après la conversion de Constantin, qui en même temps interdit le supplice de la crucifixion,  qu'apparaissent les premiers emblèmes de la croix.

Grégoire de Tours qui vivait au VI° siècle raconte qu'un tableau de l'église de Narbonne illustrant la crucifixion  dut être caché sous un voile tant sa vue était insuportable aux fidèles. Il faudra attendre les X° et surtout le XI° siècle, pour voir des croix avec le Christ crucifié représenté.

 

Les paysages de nos provinces sont marqués par les symboles chrétiens qui quadrillent leurs terroirs. La croix se dresse partout au bord des routes et aux carrefours des chemins, dans nos campagnes, dans les rues et sur les places de nos villages et de nos villes, témoignant ainsi des racines de la culture chrétienne qui a façonné la France et l’Europe. La croix a été depuis longtemps, et le reste encore, la seule signature que les humbles sachent faire.
 
Dans son ordonnance sur les Eaux et Forêts de 1669, Louis XIV assigne à la croix un véritable rôle de balise : « …ordonnons que, dans les angles ou coins des places, croisées, triviaires et biviaires, qui se rencontrent ès grandes routes et chemins royaux des forêts, nos officiers des maîtrises feront incessamment planter des croix à nos frais, ès bois qui nous appartiennent, et, par les autres, aux frais des villes plus voisines et intéressées, avec inscriptions et marques apparentes du lieu où chacune conduit… »
 

Véritables balises, les croix marquent des emplacements choisis en fonction du rôle qu’elles sont amenées à remplir et sont désignées par différends vocables spécifiques :

  • Croix de chemin, Croix de carrefour.
  • Croix de pèlerinage, jalonnant les sentiers conduisant aux chapelles et ermitages.
  • Croix Hosannière face au portail de l’église, et Croix de Justice sur la place principale du village.
  • Croix de cimetière érigée à l’origine face à l’ossuaire servant de fosse commune.
  • Lanternes de morts. Croix couvertes.
  • Croix des ponts.
  • Croix de Rogations, où l’on se rendait pour la bénédiction de la terre et des récoltes.
  • Croix de bornage, limites de paroisses ou de domaines appartenant à une abbaye (Aiguilles de Figeac, marquant les limites de la ‘Sauvetée’.
  • Croix de Jubilé érigées à la suite de la Mission évangélique d’un prédicateur extérieur de la paroisse."   http://www.les-oratoires.asso.fr/croix-chemins-de-croix. Connaissance et sauvegarde des Oratoires.

Rue du Moulin

Curieuse croix incluse dans le mur de soutainement situé en bordure de route en contrebas de château. On peut penser qu'elle se trouvait à l'origine, en lisière du chemin et qu'on l'aura déplacée au moment de l'élargissement de la route conduisant au moulin de Ray et au village de Vanne.

Au dessus de la fenêtre d'une maison particulière, au niveau de l'église, on peut remarquer une toute petite niche protégeant une vierge.

1 et 2 croix au pied du château. 3 et 4 niche et vierge rue du Moulin. 4 plan de 1848 rue du Moulin.
1 et 2 croix au pied du château. 3 et 4 niche et vierge rue du Moulin. 4 plan de 1848 rue du Moulin.
1 et 2 croix au pied du château. 3 et 4 niche et vierge rue du Moulin. 4 plan de 1848 rue du Moulin.
1 et 2 croix au pied du château. 3 et 4 niche et vierge rue du Moulin. 4 plan de 1848 rue du Moulin.
1 et 2 croix au pied du château. 3 et 4 niche et vierge rue du Moulin. 4 plan de 1848 rue du Moulin.

1 et 2 croix au pied du château. 3 et 4 niche et vierge rue du Moulin. 4 plan de 1848 rue du Moulin.

Château et Rue du Château

Au château, une croix commémorative de facture récente rappelant  la mémoire de Othon de Ray, duc d'Athènes et de Thèbes.

Incluse dans la muraille du château, dominant la Saône, une Vierge à l'enfant.

A l'exterieur de l'enceinte du château, en bordure d'un bosquet de pins,en haut de la rue du même nom et dominant le village une croix restaurée qui porte la date de 1751 , un coeur percé de 3 pointes et une couronne d'épine en métal forgé. Une plaque est apposée sur le socle: " Erigée en 1575, restaurée en 1847 par Mme Stéphanie DE CHOISEUL STAINVILLE, veuve du Duc Phillipe DE MARMIER. Priez Dieu pour lui et pour elle."

Une belle croix surmontant une scène sculptée de la mise au tombeau a été érigée par un marchand en 1585 "o quam tristis et afflicta" ( oh! comme on est triste et affligé!) en souvenir de lui même et de sa femme. Cette croix est présentée sur certains documents par "croix du pilori" c'est à dire qu'elle devait se situer à proximité du pilori, au pied de la motte du château, lieu où le condamné à l'infâmie était bien visible par la population.

 

1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).
1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick  Mathie ( sauf 10).

1.Mémorial Othon de Ray. 2 et 3 Vierge à l'enfant. 4 Cuverie du Château. 5 et 6 croix "Duc de Marmier". 7 Rue du Château n°17. 8à12à 10 croix "du pilori ". 13 et 14 niches rue du Château. Photos Patrick Mathie ( sauf 10).

Rue de l'Eglise et Grande Rue

Deux croix se font face de part et d'autre de la Grande Rue et de la Place de l'église. L'une est accolée au mur de la Mairie en rénovation, l'autre au pied du clocher. A l'origine celle ci se trouvait plus en avant sur le mur d'enclos du cimetière qui jouxtait l'église et  le presbytère.

1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.
1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.

1 Plan 1843 AD70. 2 à 5 Croix et niche " de la Mairie".6 à 10 croix " de l'église" 1603.11 niche Grande Rue.

Rue de l'Abreuvoir

Sur la façade de la Maison Ghesquier on peut voir une niche qui pouvait contenir une statue pieuse. Ce bâtiment, aujourd'hui propriété privée, abritait au début du XVIIème siècle la Mairie et l'Ecole qui était tenue par des soeurs de la Charité originaires du Haut Doubs. L'état de vétusté du bâti a nécessité le déplacement de la Mairie et de l'Ecole de garçons à leur emplacement actuel ( subvention du Duc de Marmier à la commune) vers 1850. Quant à l'école des filles elle se trouvait dans le bâtiment contigu "la Fabrique" ou maison des soeurs ( actuellement salle communale, agence postale et secrétariat de mairie provisoire).

 

Rue de l'abreuvoir.Rue de l'abreuvoir.

Rue de l'abreuvoir.

Entrée du Village.

 

Lorsque l'on vient de Queutrey, au niveau des premières maisons du village, à droite on trouve une coix à 2 faces qui surmonte un socle. A l'origine, et comme le prouve une photo et un plan anciens, ce calvaire  était situé à une dizaine de mètres sur la gauche de la route àl'angle de la Grande rue et de la rue du Pâtis. La croix a donc été déplacée pour une raison jusqu'ici inconnue.

Une ancienne ferme, un peu en retrait, à gauche de la route, comporte une petite niche avec une vierge.

1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.
1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.
1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.
1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.
1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.
1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.

1 Croix entrée du village. 2 face arrière avec tête sculptée.3 Plan 1845 croix à l'angle. AD70. 4 photo ancienne Monuments Historiques rue du Pâtis. 5 Croisement actuel de la Grande Rue et de la Rue du Pâtis. 6 niche et vierge.

Rue Sainte Anne

Sainte Anne, épouse de saint Joachim, est mère de la  Vierge Marie, aïeule de Jésus .Elle est une juive ayant vécu à Séphoris près de Nazareth en Galilée puis à Jérusalem en Judée.

La chapelle Sainte Anne avait été détruite à la révolution française en 1793. Elle fut reconstruite par le conseil de fabrique sur une vigne donnée par une famille de bienfaiteurs et bénie en 1866.

En creusant les fondations de la nouvelle chapelle on a retrouvé des tuiles romaines brûlées par le feu. Les maisons ont été détuites par un incendie. Cela rappelle le passé "romain " de Ray dont l'oppidum, situé à l'emplacement du château, permettait de surveiller le passage sur la Saône et ses gués.

On peut voir, sur une carte postale ancienne (1911), qu'une croix est érigée devant l'entrée. Celle ci a été remplacée par une statue de la Vierge en 1946 qui la remecie pour ses bienfaits lors de la Libération en 1945.

Dans la rue Sainte Anne, les propriétaires d'une maison construite dans les années 60 ont fait ménager une niche incluse dans le mur La Vierge veille à proximité de l'entrée.

1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.
1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8  photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.

1 cpa 1911. 2 Plan Chapelle AD70. 3 Statue de Sainte Anne et la Vierge Marie. 4. Panneau explicatif sur site Photo P.Mathie. 5-6 -8 photos P.Mathie. Photo 7 Alain Mey.

Qu'est-ce qu'une fabrique?

Sur les plans cadastraux de Ray on peut voir, qu'en face de l'église se trouve un bâtiment que l'on nomme "fabrique"...

La Fabrique paroissiale répond à une volonté ancienne d’associer les laïcs à l’administration du temporel de l’Eglise. Les autorités religieuses et civiles veillent au choix judicieux des fabriciens. La gestion de la paroisse s’aménage autour de réunions et d’un renouvellement permanent des membres.

Dès le XII ème siècle, des laïcs sont associés à l’administration de l’Eglise dans les organisations de proviseurs. Cela «traduit la volonté des laïcs de défendre eux-mêmes, se substituant aux seigneurs et au curé, leurs intérêts temporels et spirituels.» Progressivement, la Fabrique paroissiale se structure.

D’après le règlement du 30 décembre 1809, la Fabrique se compose de 7 membres dans les paroisses de moins de 5000 habitants.

L’assemblée délibérante comprend sept membres ; le bureau des marguilliers est quant à lui composé de 4 personnes : curé, président, trésorier, secrétaire. Le maire est membre de droit du conseil de Fabrique. Le curé est le seul membre de droit du bureau des marguilliers.

L’objectif de la Fabrique n’est pas de faire du bénéfice mais de maintenir le budget dans un solde positif. La bonne tenue des comptes est supervisée par le préfet et l’évêque. Les dépenses extraordinaires sont soumises à l’aval de l’épiscopat. 

Source http://www.paroisse-saintesigolene-lesvillettes.com/

1 et 2 La fabrique de Ray sur Saône (1845). 3. Un marguillier.
1 et 2 La fabrique de Ray sur Saône (1845). 3. Un marguillier.
1 et 2 La fabrique de Ray sur Saône (1845). 3. Un marguillier.

1 et 2 La fabrique de Ray sur Saône (1845). 3. Un marguillier.

Voir les commentaires

RAY SUR SAÔNE.9- L'Eglise Saint Pancrace.

10 Mars 2016, 14:44pm

Publié par Patrick Mathie

RAY SUR SAÔNE.9- L'Eglise Saint Pancrace.
RAY SUR SAÔNE.9- L'Eglise Saint Pancrace.

​Située à mi hauteur de la rue qui conduit au Château, l'église de Ray porte le nom de Saint Pancrace.

Devenue collégiale en 1341,c'est un édifice composite, notablement modifié par des campagnes de travaux successives aux 14e, 16e et 18e siècles. Ainsi, la nef date majoritairement du 16e siècle, le choeur est du 13e siècle et le clocher est une réalisation du 18e siècle. La richesse du mobilier accroît l’intérêt de cette église. On notera, enfin, l’existence, au sud du clocher, d’une croix de cimetière de belle facture, datable du début du 17e siècle.

 

Petit matin....automne 2015

Petit matin....automne 2015

Saint Pancrace

 

Originaire de Phrygie, Pancrace, ayant perdu ses parents, fut confié aux bons soins de son oncle paternel, Denis. Ils possédaient une grande fortune. Tous deux se rendirent à Rome.

Converti au christianisme par le pape Corneille, le jeune garçon fut dénoncé comme chrétien. Il comparut devant l'empereur Dioclétien, et ce dernier lui dit, selon la légende :

« Jeune enfant, je te conseille de ne pas te laisser mourir de male mort ; car, jeune comme tu es, tu peux facilement te laisser induire en erreur, et puisque ta noblesse est constatée et que tu es le fils d'un de mes plus chers amis, je t'en prie, renonce à cette folie, afin que je te puisse traiter comme mon enfant. ».

Mais Pancrace lui répondit, toujours selon la légende :

« Bien que je sois enfant par le corps, je porte cependant en moi le cœur d'un vieillard, et grâce à la puissance de mon Seigneur Jésus-Christ, la terreur que tu nous inspires ne nous épouvante pas plus que ce tableau placé devant nous. Quant à tes Dieux que tu m’exhortes à honorer, ce furent des trompeurs, des corrupteurs de leurs belles-sœurs ; ils n'ont pas eu même de respect pour leurs père et mère que si aujourd'hui tu avais des esclaves qui leur ressemblassent tu les ferais tuer incontinent. Je m’étonne que tu ne rougisses pas d'honorer de tels dieux. ».

Il fut alors décapité. Il avait 14 ans. Le corps du jeune martyr fut recueilli et inhumé par la pieuse matrone Ottavilla, et ses reliques sont vénérées à la basilique San Pancrazio, à Rome, érigée en son honneur en 604, tricentenaire de son martyre, par le pape saint Symmaque. Dès le temps de Grégoire de Tours, il est vénéré en France. La basilique San Pancrazio est un titre cardinalice parmi les plus anciens de Rome. Ses reliques furent profanées par l'invasion française de1798, ordonnée par le Directoire; elles furent en partie sauvées et conservées au palais du Latran et solennellement rapportées à la basilique San Pancrazio en 1814. Son culte devint très vite populaire. Saint Pancrace incarnait l'innocence et la foi de l'enfance. Son nom est issu du grec ancien et signifie "le tout puissant" 

Martyr de Saint Pancrace sur une enluminure du Moyen Âge.

Martyr de Saint Pancrace sur une enluminure du Moyen Âge.

Traditionnellement représenté sous des traits juvéniles et en habit de légionnaire, avec pour attribut l'épée dans une main et la branche de palme dans l'autre, il appartient au groupe des Saints de glace.

Il est un des saints patrons des enfants et des adolescents, mais aussi il est populairement le protecteur des animaux domestiques .

Les 2 ouvertures carrées dans la maçonnerie du clocher devaient permettre d'y placer des lanternes permettant de guider les bateaux jusqu'au petit port fluvial situé juste en contrebas.
Les 2 ouvertures carrées dans la maçonnerie du clocher devaient permettre d'y placer des lanternes permettant de guider les bateaux jusqu'au petit port fluvial situé juste en contrebas.

Les 2 ouvertures carrées dans la maçonnerie du clocher devaient permettre d'y placer des lanternes permettant de guider les bateaux jusqu'au petit port fluvial situé juste en contrebas.

Dans la Chapelle St Jacques, à gauche du transept, les bancs de la famille de Marmier sont sculptés et décorés avec les blasons de la famille de Marmier ( marmotte argentée sur fond de gueules) et des sires de Ray ( rayons sur fond de gueules).
Dans la Chapelle St Jacques, à gauche du transept, les bancs de la famille de Marmier sont sculptés et décorés avec les blasons de la famille de Marmier ( marmotte argentée sur fond de gueules) et des sires de Ray ( rayons sur fond de gueules).
Dans la Chapelle St Jacques, à gauche du transept, les bancs de la famille de Marmier sont sculptés et décorés avec les blasons de la famille de Marmier ( marmotte argentée sur fond de gueules) et des sires de Ray ( rayons sur fond de gueules).
Dans la Chapelle St Jacques, à gauche du transept, les bancs de la famille de Marmier sont sculptés et décorés avec les blasons de la famille de Marmier ( marmotte argentée sur fond de gueules) et des sires de Ray ( rayons sur fond de gueules).
Dans la Chapelle St Jacques, à gauche du transept, les bancs de la famille de Marmier sont sculptés et décorés avec les blasons de la famille de Marmier ( marmotte argentée sur fond de gueules) et des sires de Ray ( rayons sur fond de gueules).

Dans la Chapelle St Jacques, à gauche du transept, les bancs de la famille de Marmier sont sculptés et décorés avec les blasons de la famille de Marmier ( marmotte argentée sur fond de gueules) et des sires de Ray ( rayons sur fond de gueules).

A la révolution française la famille de Marmier quitta la France pour se réfugier en Allemagne. Philippe Gabriel de Marmier y revint sous le premier Empire. Napoléon 1er , par lettre patente du 22.10.1810 le fit Comte de l'Empire. Il devint chambellan de l'Empereur, puis, plus tard, colonel de la garde nationale de Paris. Il fut également conseiller général de la Haute Saône et Maire de Ray. C'est à Paris qu'il décéda en 1845. Une plaque commémorative rappelle son parcours dans la Chapelle Saint Jacques.

Buste du Duc de Marmie par Iselinr. Blason Comte de Marmier et Empire. Plaque commémorative Chapelle St Jacques.
Buste du Duc de Marmie par Iselinr. Blason Comte de Marmier et Empire. Plaque commémorative Chapelle St Jacques.
Buste du Duc de Marmie par Iselinr. Blason Comte de Marmier et Empire. Plaque commémorative Chapelle St Jacques.

Buste du Duc de Marmie par Iselinr. Blason Comte de Marmier et Empire. Plaque commémorative Chapelle St Jacques.

Le Christ au lien " Ceste image faicte aux frais de  mé,V.Cothote, docteur ès drois.1567". Mise au tombeau ( à l'origine polychrome) XVI ème siècle. Retable sculpté en bas relief sous forme de triptyque: l'Annonciation, la Nativité, l'Adoration des mages.
Le Christ au lien " Ceste image faicte aux frais de  mé,V.Cothote, docteur ès drois.1567". Mise au tombeau ( à l'origine polychrome) XVI ème siècle. Retable sculpté en bas relief sous forme de triptyque: l'Annonciation, la Nativité, l'Adoration des mages.
Le Christ au lien " Ceste image faicte aux frais de  mé,V.Cothote, docteur ès drois.1567". Mise au tombeau ( à l'origine polychrome) XVI ème siècle. Retable sculpté en bas relief sous forme de triptyque: l'Annonciation, la Nativité, l'Adoration des mages.

Le Christ au lien " Ceste image faicte aux frais de mé,V.Cothote, docteur ès drois.1567". Mise au tombeau ( à l'origine polychrome) XVI ème siècle. Retable sculpté en bas relief sous forme de triptyque: l'Annonciation, la Nativité, l'Adoration des mages.

L'église , classée monument historique depuis 2012, renferme de nombreux éléments, sculptures, boiseries, objets liturgiques ...eux aussi classés. Les pierres tombales de nobles, de chanoines, de riches bourgeois sont visibles dans la nef et le transept.

 

Quelques pierres tombales ...
Quelques pierres tombales ...
Quelques pierres tombales ...

Quelques pierres tombales ...

RAY SUR SAÔNE.9- L'Eglise Saint Pancrace.
RAY SUR SAÔNE.9- L'Eglise Saint Pancrace.
RAY SUR SAÔNE.9- L'Eglise Saint Pancrace.

A l'origine l'église était entourée par le cimetière qui fut déplacé dans les temps modernes sur la route de Ferrière les Ray.

Une particularité que l'on peut remarquer si l'on "ouvre l'oeil": sur l'un des contreforts de l'Eglise on peut voir un petit cadran solaire...

L'emplacement du cimetière originel. Le cadran solaire "miniature"....
L'emplacement du cimetière originel. Le cadran solaire "miniature"....

L'emplacement du cimetière originel. Le cadran solaire "miniature"....

Clichés Patrick MATHIE 2016

 

Pour voir d'autres photos de l'Eglise consulter le site d'Alain MEY:

Bienvenue à Ray sur Saône

http://ray-sur-saone-70.fr

ou directement 

http://ray-sur-saone-70.fr/eglise.html

Voir les commentaires

RAY SUR SAÔNE.8- Le château du 18ème siècle.

1 Mars 2016, 09:35am

Publié par Patrick Mathie

RAY SUR SAÔNE.8- Le château du 18ème siècle.

Philippine, Duchesse de Holstein restauratrice éclairée du château des sires de Ray.

Le Comte de Salverte, dans son ouvrage "Historique du Château de Ray" édité en 1936, souligne l'action de Marie-Célestine-Philippine de Mérode, Duchesse de Holstein-Ploën- Redschwisch, Baronne de Ray dans la préservation des vestiges du château médiéval qu'elle intégrera dans la construction du nouveau château au 18 ème siècle.

La Duchesse de Holstein et son époux  S.A.R.Jean -Ernest- Ferdinand, Duc de Holstein,Héritier de Norvège.
La Duchesse de Holstein et son époux  S.A.R.Jean -Ernest- Ferdinand, Duc de Holstein,Héritier de Norvège.
La Duchesse de Holstein et son époux  S.A.R.Jean -Ernest- Ferdinand, Duc de Holstein,Héritier de Norvège.
La Duchesse de Holstein et son époux  S.A.R.Jean -Ernest- Ferdinand, Duc de Holstein,Héritier de Norvège.
La Duchesse de Holstein et son époux  S.A.R.Jean -Ernest- Ferdinand, Duc de Holstein,Héritier de Norvège.

La Duchesse de Holstein et son époux S.A.R.Jean -Ernest- Ferdinand, Duc de Holstein,Héritier de Norvège.

Un architecte bisontin, Jean Pierre Galezot est  chargé de dresser les plans du nouveau château.

Jean Pierre GALEZOT

Né en 1682 et mort en 1742, Galezot appartenait à l’une des nombreuses familles de sculpteurs sur bois des plateaux jurassiens qui réussirent à maintenir une activité artistique sur le sol comtois au XVIIe siècle, alors que toute création architecturale avait été stoppée entre 1630 et 1680. A la fin du XVIIe siècle, plusieurs de ses membres s’installèrent à Besançon, attirés par l’effervescence produite par les chantiers qui s’ouvraient alors dans la nouvelle capitale, chantiers dominés par les ingénieurs du roi et renforcés par l’activité déployée par les architectes des communautés religieuses, recrutés dans leurs ordres.

Dans sa jeunesse, Jean-Pierre Galezot fit évidemment ses premières armes dans l’atelier de son père où il rencontra Dom Vincent Duchesne, architecte de l’Ordre des bénédictins de Saint-Vanne en charge de la Lorraine, de la Franche-Comté et de la Champagne qui devint peut-être son mentor ou tout du moins son initiateur dans la pratique architecturale[5]. Par son protecteur, l’intendant Charles Deschiens de la Neuville (en Franche-Comté entre 1718 et 1734), il obtint ensuite de nombreux contrats d’architecture publique et religieuse, dont il fut évincé en 1734, lors de l’arrivée d’un nouvel intendant, Barthélemy de Vanolles. C’est ainsi qu’il se tourna, fort d’une certaine notoriété, vers le domaine de l’architecture privée où il put proposer à sa clientèle des édifices en quelque sorte « clé en main » grâce à sa double formation de sculpteur sur bois et d’architecte . 

Ci dessous Hotel d'ETRABONNE 127 Grande Rue Besançon.Phot. Inv. J. Mongreville © Inventaire général, ADAGP, 2003

L'INFLUENCE ARCHITECTURALE DE JULES HARDOUIN MANSART.

Le style du château de Ray s'inspire certainement du "classicisme français" voulu par l'architecte de Louis XIV Jules Hardouin Mansart ( 1646-1708) et pour lequel il s'agissait de magnifier le Roi Soleil avec un rappel à l'antiquité grecque: frontons triangulaires,  pilastres, arcades . S'y ajoute une note de fonctionnalité avec la création des fameuses "mansardes" qui permettent d'ajouter des pièces dans les combles éclairées par des lucarnes et dans lesquelles vivaient les domestiques.

Le château de Boury construit sur les plans de Jules Hardouin Mansart dans le Vexin offre une ressemblance certaine avec celui de Ray, oeuvre de Jean Pierre Galezot.

 Château de Ray sur Saône ( Galezot) et Château de Boury en Vexin ( Mansart)
 Château de Ray sur Saône ( Galezot) et Château de Boury en Vexin ( Mansart)

Château de Ray sur Saône ( Galezot) et Château de Boury en Vexin ( Mansart)

FENELON ET LA DUCHESSE DE HOLSTEIN...

Lors de son mariage avec le Duc de Holstein, Philippine de Mérode reçut une lettre  personnelle de félicitations écrite par François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon , c'est dire qu'elle devait entretenir auparavant des relations avec  ce célèbre écrivain qui s'adressait à elle en sa qualité d'homme d'église.

(Fénelon: né le  au château de Fénelon àSainte-Mondane (Quercy), mort le  à Cambrai, est un homme d'Églisethéologien et écrivain français.

Précepteur du duc de Bourgognearchevêque de Cambrai (1695-1715), il s'opposa à Bossuet et tomba en disgrâce lors de la querelle du quiétisme, et surtout, après la publication de son roman, Les Aventures de Télémaque (1699), considéré comme une critique de la politique de Louis XIV. L'influence littéraire de ce roman fut considérable pendant plus de deux siècles)

Lettre manuscrite de Fénelon à la Duchesse de Holstein à l'occasion de son mariage en 1703.
Lettre manuscrite de Fénelon à la Duchesse de Holstein à l'occasion de son mariage en 1703.

Lettre manuscrite de Fénelon à la Duchesse de Holstein à l'occasion de son mariage en 1703.

RAY SUR SAÔNE.8- Le château du 18ème siècle.

UNE VIE PRESQUE ROYALE...

Le Comte de Salverte poursuit:

"Pendant la vie de la Duchesse de Holstein, la situation de Ray fut plus que seigneuriale, presque royale. La Maison de Holstein descend de l'ancienne Maison de Saxe, fondée, dit-on, par Vitikind; les rois de Danemark en sont issus et appartiennent encore aujourd'hui à cette Maison, de même que les souverains de Grèce.

Un sort malheureux voulut que Philippine ne laissât pas de postérité. Elle eut de son mariage deux fils, mais l'un ne vécut que quelques jours et l'autre mourut à la suite d'un bain dans la Saône à l'âge de 13 ans... ( Fénelon avait été consulté pour l'éducation de l'enfant)

La malheureuse Duchesse ne put survivre longtemps au chagrin qui l'accablait; elle mourut le 22 novembre 1725. Selon son désir son corps fut enseveli dans la chapelle Saint Jacques de l'église de Ray, dans le caveau de famille...

Par son testament, daté du 16 mai 1725, la Duchesse de Holstein laissait des terres de Belgique et le marquisat de Trelon à son cousin: Charles Florent, Marquis de Mérode; la Baronnie de Ray à ses soeurs, avec obligation pour elles de la laisser à leur mort au Marquis de Marmier, seul descendant de Rose de Ray".

Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70
Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70

Photos 1 à 11: Patrick MATHIE. photo 12: cd70

Une troisième vie pour le Château?

 

La comtesse Diane de Salverte a donné le château au Conseil Départemental de Haute Saône afin que les biens et les richesses historiques qu'il contient ne soient pas dispersés, mais préservés et mis en valeur pour le public.

Le Conseil départemental a lancé un appel à projets auprès de la population et des forces économiques . L'enjeu est de faire du château "un puissant levier d'attractivité en lien avec la stratégie territoriale, culturelle, touristique et économique".

Le supplément de l'Est Republicain  du 10 avril 2016 nous en dit plus....

Le Mag. Est Republicain du dimanche 10 avril 2016.
Le Mag. Est Republicain du dimanche 10 avril 2016.
Le Mag. Est Republicain du dimanche 10 avril 2016.
Le Mag. Est Republicain du dimanche 10 avril 2016.
Le Mag. Est Republicain du dimanche 10 avril 2016.

Le Mag. Est Republicain du dimanche 10 avril 2016.

Voir les commentaires